Le rebond d'adiposité des enfants, ennemi de leur capital santé

lu 8160 fois

En France, l'obésité touche près d'un enfant sur six. Un enfant obèse risque fortement de le rester à l'âge adulte, entraînant une augmentation considérable de maladies associées (maladies cardio-vasculaires et diabète de type 2) et diminuant de 13 ans son espérance de vie. La prise en charge reste difficile et encore peu évaluée. Dès le plus jeune âge, l'éducation nutritionnelle est essentielle et l'apprentissage du plaisir de manger des aliments simples (fruits, légumes, pain, etc.) est primordiale.

Le nombre d'enfants de 7 à 12 ans atteints de surpoids a augmenté de plus de 50% en 10 ans [1]. Si cette tendance se poursuit, la France devrait atteindre d'ici 2020 le niveau américain où près d'un enfant sur trois est touché. La plupart des obésités s'installent entre 2 et 6 ans. Il est possible d'éviter certains pics d'adiposité en modifiant les connaissances nutritionnelles, l'activité physique et la sédentarité des enfants ainsi que l'alimentation à l'école [2]. Mais l'école ne peut pas, seule, résoudre le problème de l'obésité de l'enfant. L'éducation alimentaire de la famille est fondamentale, celle des professionnels de santé est déterminante.

Le suivi des enfants est une priorité car le pourcentage d'enfants obèses ne fait qu'augmenter (plus 68% entre 1980 et 2000). Un suivi régulier comportant notamment pesée, tour de taille, calcul de l'IMC, report sur les courbes de corpulence et détermination de l'âge du rebond d'adiposité permet de dépister un surpoids et/ou une obésité [3]. Rappelons que la précocité du rebond d'adiposité avant l'âge de cinq ans et l'obésité chez l'un ou les deux parents sont les deux principaux facteurs de risque d'obésité.

Depuis 1995, le Ministère de la Santé et l'OMS ont ainsi intégré dans le Carnet de Santé une courbe de corpulence où la mesure de l'IMC est indiquée en fonction de l'âge de l'enfant. Les parents noteront régulièrement son poids et sa taille, que le médecin reportera sur la courbe d'IMC lors des consultations.

Quel rôle pour les parents face à cette épidémie d'obésité infantile ?

« L'obésité infantile n'est pas une fatalité mais est liée pour beaucoup aux transformations majeures de notre mode de vie. Des adaptations structurelles sont nécessaires chez les enfants comme chez les parents. Ils ont un rôle capital à jouer pour aider les enfants à changer leurs habitudes alimentaires, à faire davantage d'exercice physique et à modifier leurs habitudes concernant la télévision. Incitons les adultes à prendre leur rôle d'exemple au sérieux ! »

Pr Christophe Dupont, Docteur es Sciences et docteur en médecine, il est expert en nutrition pédiatrique. Il est aujourd'hui chef de service de néonatalogie à l'hôpital Saint-Vincent de Paul (Paris).

Sources et références :

  1. INPES - La santé vient en mangeant - Programme National Nutrition Santé - Document d'accompagnement du guide alimentaire pour tous destiné aux professionnels de santé - Septembre 2002.
  2. Rapport INSERM sur l'expertise opérationnelle - 2003.
  3. IMC > 97 ème percentile.

(Dossier de presse de l'Observatoire du pain - janvier 2008)

SOURCE : Observatoire du Pain

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s