Le prix Trémolières 2009 de l’Institut Benjamin Delessert distingue l’ouvrage du sociologue Thibaut de Saint Pol

lu 3137 fois

Poursuivant son soutien à la recherche en nutrition, l’Institut Benjamin Delessert a décerné le 22 octobre le prix Trémolières 2009 à Thibaut de Saint Pol pour sa thèse de Doctorat de Sociologie intitulée : « Corpulence et genre en Europe, le poids des inégalités d’apparence et de santé ». Cet ouvrage vient étudier la prévalence de l’obésité dans les différents milieux et analyse l’évolution des écarts entre les groupes sociaux. Genre des individus, milieu social, représentation de la minceur… autant de données qui éclairent ces disparités.

« Perception et mesure de la corpulence » : le point de vue du sociologue

« Le prix Trémolières 2009 de l’Institut Benjamin Delessert distingue l’ouvrage du sociologue Thibaut de Saint Pol » - Crédit photo : www.ma-grande-taille.com Pour le sociologue Thibaut de Saint Pol, la corpulence des individus est un caractère physique présentant la caractéristique de pouvoir être mesurée de manière assez objective et mêlant les questions d’apparence et de santé. Son étude intitulée « Corpulence et genre en Europe, le poids des inégalités d’apparence et de santé » propose de se pencher plus précisément sur le surpoids et l’obésité et d’analyser les liens entre le développement de cette pathologie et les variables socio-économiques. Pour cela, il tire parti des informations apportées par les trois dernières enquêtes Santé réalisées par l’INSEE afin d’analyser l’évolution de l’obésité en France et sa répartition dans les différents milieux sociaux. Il étudie la prévalence de l’obésité non seulement dans les différents milieux sociaux en France, mais analyse aussi l’évolution des écarts entre groupes sociaux.

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, Thibaut de Saint Pol enseigne la sociologie à Sciences Po Paris et à l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique. Il appartient au Laboratoire de sociologie quantitative (Crest – INSEE) et à l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po Paris).

« Plus un individu est diplômé, moins il a de risques d’être obèse »

Les recherches de Thibaut de Sant Pol montrent que la corpulence a fortement augmenté en France depuis 1981 : une augmentation qui ne touche pas tous les groupes sociaux de la même manière. Plus un individu est diplômé, moins il a de risques d’être obèse. Toutefois, ces disparités selon les milieux sociaux se doublent d’un effet de genre : contrairement aux femmes, les hommes les plus pauvres ne sont pas les plus corpulents. En termes de représentation du corps, la minceur apparaît comme un critère de distinction entre groupes sociaux et entre sexes. Pour Thibaut de Saint Pol, il convient ainsi d’opérer une distinction systématique des hommes et des femmes dans toutes les recherches qui touchent à la corpulence en termes d’apparence, mais aussi de santé publique. De plus, la question de l’apparence des individus et l’importance de la corpulence dans l’ensemble des dimensions de la vie sociale doit également être considérée, au même titre que le lien entre corps et santé.

Le Prix Trémolières de l’Institut Benjamin Delessert : une reconnaissance et un soutien à la recherche en nutrition

L’Institut Benjamin Delessert est une association loi 1901 ayant pour vocation de favoriser la recherche médicale dans le domaine de la nutrition. Soutenu par la filière française betterave-canne-sucre, l’Institut organise chaque année plusieurs manifestations scientifiques. La « Conférence Benjamin Delessert » réunit régulièrement des experts sur un thème d’actualité en nutrition.

A cette occasion, le « Prix Jean Trémolières » vient récompenser depuis 1986 un ouvrage de sciences humaines appliquées à la nutrition. Son Jury composé de spécialistes distingue des travaux de recherche éclairant la psychologie alimentaire, les habitudes et comportements alimentaires individuels ou collectifs. Le travail, mais aussi la personnalité hors du commun du Professeur Jean Trémolières - disparu il y a une trentaine d’année - ont contribué à la reconnaissance internationale de la recherche en nutrition humaine.

Benjamin Delessert

Principalement connu comme le fondateur des Caisses d’Epargne, Benjamin Delessert est un brillant homme d’affaires des XVIIIe et XIXe siècles qui a largement contribué au développement de la betterave comme produit de substitution de la canne à sucre. Au terme de six ans de recherche, il est à l’origine de la première fabrique de sucre de betterave en France à l’époque du Blocus continental.

SOURCE : INSTITUT BENJAMIN DELESSERT

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s