Le « petit lait » : multi usages et multi bienfaits !

lu 33886 fois

« Boire du petit lait » ne date pas d'aujourd'hui, mais depuis une quarantaine d'année on le transforme en poudre, et on isole ses différents composants, notamment les protéines. Des protéines pleines de bénéfices, de l'avis des chercheurs réunis à l'occasion d'un congrès international à Paris.

Le « petit lait » : multi usages et multi bienfaits ! - Crédits photo : www.comte.com Le « petit lait », ou lactosérum, est le liquide issu de la coagulation du lait lors de la fabrication du fromage. Contenant du lactose (sucre du lait), des protéines, des vitamines, des minéraux comme le calcium, il est source de nombreux ingrédients alimentaires et même de produits de bien-être. Utilisés, par exemple, en confiserie pour améliorer la texture des glaces, dans les laits infantiles (contre les allergies), dans les boissons… Aujourd’hui, alors que les chercheurs s’intéressent beaucoup à la qualité des protéines de l’alimentation, celles du petit lait retiennent particulièrement leur attention.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, on peut isoler les protéines, les mettre en poudre grâce à des techniques de fractionnement, et ces protéines montrent leur intérêt dans de nombreux domaines. Un acide aminé des protéines, la leucine, pourrait expliquer l’efficacité des régimes riches en protéines pour la perte de poids et la conservation de la masse musculaire lors des régimes. La restriction calorique en effet, lorsqu’elle s’accompagne d’apports de protéines élevés, altère moins le bien-être et se montre plus favorable à la composition corporelle : elle diminue la masse grasse sans trop nuire à la masse maigre. Or, la leucine du petit lait semble être un des agents les plus efficaces pour fabriquer du muscle et limiter sa destruction !

Autre bénéfice, toujours dans le cadre des régimes : on s’est aperçu que les protéines du lait peuvent favoriser la satiété et diminuer l’appétit. Les protéines du petit lait ont même un effet plus durable que celui de l’albumine de l’oeuf… Elles sont aussi bénéfiques sur le plan métabolique, en particulier pour l’absorption des sucres. Autant d’arguments qui incitent les chercheurs à les tester dans la régulation du poids, la prévention de l’obésité, des troubles métaboliques et des maladies cardiovasculaires….

On sait aussi que les protéines, associées au calcium, à la vitamine D et à l’exercice physique, sont bénéfiques à la santé osseuse à tous les âges de la vie, de l’enfance aux 3e et 4e âges. Du fait de leur action sur le muscle, les protéines du petit lait sont aussi intéressantes chez les personnes âgées, pour combattre la fonte musculaire qui accompagne le vieillissement. De même que chez les sportifs, puisqu’en synergie avec l’exercice elles contribuent à la fabrication du muscle. En phase de récupération, selon certains travaux, ces protéines vite digérées et absorbées se montrent, là encore, plus efficaces que d’autres protéines plus « lentes » comme par exemple les protéines du soja. D’après les spécialistes, l’usage des protéines du petit lait en milieu sportif est appelé à prendre de l’ampleur dans un proche avenir.

Toute une série de travaux montre également que le petit lait contient de nombreux agents favorables à l’estomac et à l’intestin. Susceptibles d’améliorer la flore intestinale et la qualité des muqueuses, de lutter contre l’inflammation et contre les microbes, de renforcer l’immunité. Enfin, des études sont aussi en cours, dans les pays en développement et dans des groupes de population vulnérables (comme les personnes atteintes de sida) pour inclure les protéines du petit lait dans des produits destinés à préserver la force musculaire et la force physique, à améliorer le statut immunitaire et la qualité de vie… Le petit lait n’a pas fini de faire parler de lui.

(International Whey Conference - 8-9 septembre 2008 - CNIT, Paris)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s