Le petit déjeuner : incontournable !

lu 10309 fois

Un nombre croissant d'études suggère que les aliments présentant certains aspects positifs, comme le fait d’être issu de l’agriculture biologique, conférerait un « halo santé » à ces aliments pouvant influencer le consommateur, même si le produit est peu recommandable d’un point de vue nutritionnel. Il en irait de même dans le secteur de la restauration.

En 1985, en Australie, on a demandé à un échantillon représentatif de 2.200 enfants et adolescents âgés de 9 à 15 ans s’ils prenaient régulièrement un petit déjeuner. Vingt ans plus tard – ils avaient entre 26 et 36 ans - on a mesuré leur tour de taille et analysé leurs taux de glucides et de lipides sanguins. Par rapport à ceux qui avaient toujours pris un petit déjeuner et continuaient à le faire, ceux qui avaient toujours sauté le petit déjeuner depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte avaient le tour de taille le plus important et les taux sanguins les moins bons d’insuline, de cholestérol total et LDL (le « mauvais » cholestérol). Les chercheurs australiens ont ainsi révélé que sauter le petit déjeuner sur une longue période conduit à accumuler les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire et métabolique [1].

Confirmation... en Italie, où ont été étudiés plus de 18.000 hommes et femmes. Les adeptes du petit déjeuner « à l’italienne » (lait, café, thé, yaourt, produits céréaliers, miel, confiture, etc.) ont aussi moins de risque de surpoids, d’obésité abdominale, d’hypertension artérielle, d’anomalies des taux de lipides et glucides sanguins. Ils sont de manière générale en meilleure santé et beaucoup moins menacés par le syndrome métabolique [2]...

Confirmation encore... au Minnesota, où des chercheurs ont mené deux études pilotes expérimentales montrant que le petit déjeuner permet un meilleur contrôle de l’appétit et de la glycémie [3]. Ce qui ne gâte rien, le bien-être psychique semble aussi garanti. Près de 700 personnes ont été interrogées sur leur humeur durant la matinée précédente. Celles qui avaient pris un petit déjeuner déclaraient avoir été de meilleure humeur et plus détendues que celles qui n’en avaient pas pris [4].

Un nutritionniste français, le Dr Jean-Michel Lecerf (Institut Pasteur de Lille), résume dans un article récent tous les bénéfices que l’on a découverts au petit déjeuner [5] :

  • il favorise la satiété et permet de réduire l’apport énergétique total de la journée ;
  • il s’accompagne chez ses adeptes d’un meilleur équilibre alimentaire et d’une meilleure hygiène de vie, avec plus d’activité physique ;
  • il diminue le risque de prendre du poids;
  • il est associé à de meilleurs paramètres métaboliques, d’où vraisemblablement un moindre risque de maladies chroniques comme l’athérosclérose ou le diabète ;
  • il améliore les performances cognitives et scolaires chez les enfants et les adolescents.
  • chez l’adulte, il semble aussi avoir des effets anti-stress et favoriser le bien-être psychique.
Le petit déjeuner recommandé par le Dr Lecerf : pain et/ou céréales riches en fibres, produits laitiers, beurre, fruit, boisson...

Références :

  1. American Journal of Clinical Nutrition, volume 92, p. 1316-1325.
  2. Nutrition, Metabolism & Cardiovascular Diseases, doi:10.1016/j.numecd.2010.07.006
  3. The Journal of Nutrition, volume 141, n° 1, p. 163-168.
  4. Appetite, doi:10.1016/j.appet.2010.08.001
  5. Cahiers de nutrition et de diététique, volume 46, p. 30-39.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s