Le microbiote, un avenir prometteur en santé humaine

lu 3264 fois

Un an après le succès du premier Symposium International « Microbes for Health » (Des microbes pour la santé), Danone Research, l’Inra et l’Institut Pasteur en ont co-organisé la deuxième édition, qui s’est tenue en plein coeur de Paris, sur le campus de l’Institut Pasteur, les 1er et 2 décembre 2011. L’objectif de ce symposium : partager au sein de la communauté scientifique les plus récentes découvertes dans le domaine du microbiote (autrefois appelé flore intestinale), et notamment le rôle de ces bactéries sur la santé humaine.

Car ce champ de recherche connaît actuellement une formidable accélération, laissant espérer, pour un futur proche, de nombreuses possibilités d’applications dans les domaines de la santé et de la nutrition, notamment allergies, maladies métaboliques, système nerveux, immunité... Le programme a, cette année encore, regroupé des chercheurs de renommée internationale, venus du monde entier pour présenter leurs tout derniers résultats, qu’il s’agisse du microbiote lui-même ou de son influence sur le système immunitaire (allergies, asthme), le métabolisme (obésité, pathologies cardiaques,inflammation) sur le système nerveux et le vieillissement.

Parmi ces enseignements multiples, on retiendra que :

  • il existerait non pas une infinité de combinaisons mais seulement quelques types de microbiotes ou entérotypes, un peu à l’image des groupes sanguins ;
  • dans nos pays trop hygiénistes, certaines bactéries, voire même des vers parasitaires, pourraient s’avérer bénéfiques pour notre système immunitaire ;
  • notre microbiote, dès le premier âge, pourrait prédisposer à l’obésité puis, tout au long de la vie, jouer un rôle dans l’apparition de maladies métaboliques et de pathologies cardiaques ;
  • enfin, les bactéries hébergées par notre intestin pourraient avoir un effet sur l’anxiété, et même être impliquées dans de possibles modifications comportementales, voire dans la survenue de pathologies neurodégénératives.

Dans les rangs de l’assistance venue partager ces découvertes, on comptait des chercheurs issus du monde académique et de l’industrie, spécialisés dans les domaines de la microbiologie et de l’immunologie, et notamment ceux qui s’intéressent à des approches dites “translationnelles*”. Enfin, l’évènement a bénéficié pour la seconde année d’une communication “en live” via Twitter, afin d’informer en direct et d’intégrer à la discussion la communauté scientifique présente sur le Web. Des chercheurs et de jeunes scientifiques assistant à la conférence ont ainsi posté, au fil des présentations des orateurs, des tweets, rebondissant en direct sur les découvertes, résultats et conclusions exposés.

SOURCE : Microbes for Health

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s