Le jus de myrtilles améliore les troubles de la mémoire chez les personnes âgées

lu 7879 fois

Une étude menée par Robert Krikorian de l'Université de Cincinnati, avec ses collègues des États-Unis et le ministère de l'agriculture Canadien, publiée en ligne dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, rapporte que la consommation de jus de bleuets était associée avec des améliorations dans l'apprentissage et la mémoire chez des personnes âgées présentant un déclin précoce de la mémoire.

« Le jus de myrtilles améliore les troubles de la mémoire chez les personnes âgées » - Crédit photo : Knulclunk Les bleuets (myrtilles, canneberges) contiennent des composés polyphénoliques, essentiellement des anthocyanines, pigments antioxydants qui ont des effets anti-inflammatoires. En outre, les anthocyanines ont été associés à une augmentation de la signalisation neuronale dans les centres du cerveau, de la médiation de la fonction de mémoire, ainsi que de l'élimination améliorée du glucose, avantages qui devrait permettre d'atténuer la neurodégénérescence.

Cette étude a donc examiné les effets de la consommation quotidienne de jus de myrtilles sauvages dans un échantillon de neuf personnes âgées (cinq hommes et quatre femmes de plus de 70 ans) confrontées à des oublis et de trous de mémoire caractéristiques du déclin précoce de la mémoire.

Les participants ont reçu l'équivalent de 2 à 2 1/2 verre par jour de jus de myrtilles (disponible dans le commerce) pendant 12 semaines. Les évaluations cognitives ont été menées au début et au cours de la dernière semaine de l'étude.

A la fin de l'étude, les résultats à différents tests mnésiques, comme la répétition d’une liste de mots, ou les associations par paires ont été améliorées. Les chercheurs ont en plus constaté qu'il y avait des tendances suggérant une amélioration de l’humeur et une diminution des symptômes dépressifs, de même qu'une réduction de la glycémie. Quand des sujets qui ont reçu le jus de myrtille ont été comparés à un échantillon démographiquement appariés ayant reçu une boisson placebo dans un même essai d'accompagnement, les scores de test pour la capacité d'apprentissage ont été sensiblement meilleurs.

L'augmentation de la signalisation et de la neuroprotection a déjà été démontrée en association avec la supplémentation de myrtilles au cours d'études animales, et des composés phénoliques connus sous le nom d'anthocyanines présents dans les myrtilles ont été retrouvés dans les régions du cerveau qui sont essentielles pour la fonction cognitive. Les anthocyanines présentent des propriétés similaires à l'insuline qui permettent, grâce notamment à une meilleure régulation de la glycémie, d'améliorer la fonction métabolique, qui, si elle est perturbée, semble être un facteur impliqué dans la neurodégénérescence, ainsi que dans les maladies cardiovasculaires.

« À notre connaissance, c'est la première étude pilote humaine évaluant l'avantage potentiel de la supplémentation avec du jus de myrtilles sur la fonction neurocognitive chez des adultes âgés avec un risque accru pour la démence. Bien que la dimension de l'échantillon soit relativement petite, les effets étaient significatifs. » ont souligné les auteurs.

Alors que la prévalence du déclin cognitif et de la démence augmente avec l'expansion de la population des personnes âgées, en l'absence de traitement efficace, les approches préventives se révèlent indispensables pour s'attaquer à ce problème de santé publique.

« Ces résultats préliminaires sur la mémoire sont encourageants et suggèrent que la supplémentation avec du jus de myrtilles peut offrir une approche intéressante pour prévenir ou atténuer la neurodégénérescence », concluent-ils. « Cette étude initiale établit une base pour une recherche plus approfondie sur la supplémentation à base de myrtilles comme une intervention préventive en matière de vieillissement cognitif ».

(Life Extension Update, 29 janvier 2010, d'après "Blueberry Supplementation Improves Memory in Older Adults" - Robert Krikorian, Marcelle D. Shidler, Tiffany A. Nash, Wilhelmina Kalt, Melinda R. Vinqvist-Tymchuk, Barbara Shukitt-Hale, James A. Joseph. J. Agric. Food Chem., Article ASAP DOI: 10.1021/jf9029332)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s