Le jus d’orange : un allié pour toute la famille

lu 6762 fois

Les oranges comptent parmi les fruits les plus consommés à travers le monde, essentiellement sous forme de jus. Ces fruits sont source d’une catégorie particulière de polyphénols : les flavanones, représentées à 90 % par l’hespéridine. Des chercheurs de l’INRA ont montré l’impact positif d’une consommation de jus d’orange sur la protection vasculaire. Ils ont mis en évidence le rôle spécifique de l’hespéridine dans les effets observés.

L’hespéridine : un polyphénol facile à boire

Une étude INRA (*) atteste qu’une consommation régulière de jus d’orange (un demi-litre par jour) améliore la pression sanguine et la réactivité des vaisseaux (capacité des vaisseaux à se dilater). Ces effets sont également obtenus par la consommation d’hespéridine purifiée, ce qui suggère l’implication directe de ce polyphénol dans l’effet bénéfique du jus d’orange sur la protection vasculaire.

Les enfants, grands consommateurs de jus d’orange

Le jus d'orange est le jus de fruit le plus consommé en France et les enfants sont les premiers consommateurs. Ainsi plus des deux tiers des enfants et des adolescents consomment en moyenne 100 ml de jus d’orange par jour (Credoc 2007).

En consommant du jus d’orange de façon régulière, ils profitent des avantages nutritionnels de cet agrume (peu calorique, riche en vitamines). Par ailleurs, il est avéré qu’une consommation régulière de fruits et légumes chez les enfants aide à prévenir le risque de développer des pathologies cardiovasculaires à l’âge adulte. Les enfants étant des consommateurs privilégiés de jus d’orange, ils pourraient bénéficier aussi, et à long terme, de ses effets protecteurs pour la santé.

Des recherches à poursuivre...

Compte tenu de ces résultats, les atouts de l’hespéridine devraient être pris en compte pour améliorer la qualité nutritionnelle des jus. Des recherches cliniques approfondies seraient nécessaires pour déterminer les teneurs optimales d’hespéridine dans le jus permettant d’atteindre les effets bénéfiques décrits dans cette étude. Ces travaux pourraient alors conduire à des recommandations en termes de portions quotidiennes de jus d’orange, voire de fruits entiers. A ce propos, il est intéressant de noter que l’orange est deux fois plus riche que le jus en hespéridine, puisque ce composé est fortement éliminé lors des phases de pressage.

A l’avenir, les producteurs d'agrumes et les industriels de la filière pourraient également participer à l'optimisation des teneurs en hespéridine dans les jus, en sélectionnant des variétés de fruits naturellement riches en ce composé et/ou en modifiant les procédés de fabrication.

(*) Résultats d’une étude clinique conduite pendant un mois auprès de 24 volontaires sains, d’âge moyen et en léger surpoids.

SOURCE : INRA

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s