Le gingembre, chaud et épicé

lu 6300 fois

Drôle de plante que cette peu ragoûtante racine en forme de petit bonhomme jaune pâle ! A sa simple évocation, les connaisseurs esquissent déjà un sourire... Coquins ! Le « rhizome », c'est son nom scientifique, excite les imaginations, les papilles et le reste depuis des millénaires.

Même Confucius, ce vieux sage chinois qui domine les consciences asiatiques depuis 2500 ans, ne s’est pas fait prier pour en tester les « fabuleuses » propriétés. Supposées ou non, celles-ci séduisent les marchands du bassin méditerranéen durant l’Antiquité.

Phéniciens, Grecs et Egyptiens se l’arrachent. Les Romains cèdent aussi à la tentation. Et voilà, au Moyen Age, l’Europe entraînée dans une nouvelle frénésie, qui hisse le gingembre à la tête des épices les plus convoitées après le poivre.

Plus tard, les Portugais en font même un complément alimentaire pour esclaves, persuadés qu’ils deviendront ainsi plus virils et donneront une descendance plus nombreuse et plus vigoureuse…

Des qualités... « chauffantes »

Son secret ? Tout est bon dans le gingembre, proclame un proverbe indien. Chaud et épicé, citronné et acide, puissamment aromatique, ce rhizome, qui pique la langue et les lèvres, fait partie depuis des siècles de notre pharmacopée de bien-être. Les médecines ayurvédique et malaise célèbrent ses qualités « chauffantes ». Utilisé en enveloppement, il est parfait pour détoxiner l’organisme et le rééquilibrer.

Bref, le gingembre est un « nettoyant » efficace, grâce à ses qualités diurétiques, qui luttent contre la rétention d’eau. Fraîchement coupé et infusé dans une tasse d’eau chaude, il favorise aussi la digestion, calme les nausées (y compris les nausées matinales de la femme enceinte et le mal des transports), les crampes d’estomac et stimule l’appétit. Belle destinée pour ce laideron, qui ferait pâlir de jalousie le plus photogénique des concombres ou la plus voluptueuse des pastèques !

Son apport culinaire n’est plus à démontrer. Il transforme le poisson, le porc, le bœuf, le poulet et les légumes d’une touche de magie, surtout lorsqu’il est associé à la citronnelle. Que seraient les chutneys indiens sans cette petite touche piquante ?

On le retrouve dans les tajines marocains, les sauces « cacahuètes » africaines et brésiliennes, les picadillos cubains… Quelle que soit la recette, un peu partout dans le monde, il n’y a pas de substitut au gingembre frais et les plus grands chefs internationaux l’utilisent dans leurs créations.

Comment le choisir ?

Le meilleur gingembre est lourd et ferme. Choisissez des tubercules à peau rugueuse : si la peau est douce, la plante est plus fibreuse et contient moins de principes actifs. La couleur doit être homogène. Une peau ridée indique un rhizome déjà ancien. Conservez le enveloppé dans une serviette en papier en bas de votre réfrigérateur.

SOURCE : GuideSpa.com Svs édition 2006

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s