Le fromage éloigne le syndrome métabolique

lu 5243 fois

Une étude française menée pendant 5 ans chez plus de 5.000 hommes âgés de 30 à 64 ans montre que la consommation de fromage est corrélée à une moindre incidence du syndrome métabolique...

Le fromage éloigne le syndrome métabolique Par rapport aux hommes dont la consommation est peu importante, ceux qui ont une consommation élevée de fromage ont un moindre risque d’insulinorésistance, des taux moins élevés de triglycérides et d’insuline, une pression artérielle moins haute, une moindre augmentation du tour de taille et un indice de masse corporelle (IMC) plus faible. L’analyse des facteurs de risque comme l’alcool, le tabac, ou la sédentarité montre que les corrélations établies ne sont pas dues au seul mode de vie et que le fromage peut jouer un rôle favorable indépendant.

Excès de poids, hypertension artérielle, taux anormaux de glucides et de lipides sanguins... Tous ces troubles constitutifs du syndrome métabolique sont aussi améliorés dans une récente étude suédoise chez des hommes et des femmes consommateurs de fromage. Les chercheurs ont exploré la relation entre certains marqueurs biologiques sanguins témoignant de la consommation de produits laitiers et le risque cardiovasculaire. Les grands consommateurs de produits laitiers (fromage chez les femmes, fromage et lait fermenté chez les hommes) voient leurs facteurs de risque diminuer. Par rapport aux plus faibles consommatrices, les femmes qui consomment le plus de fromage ont même un risque d’accident cardiaque diminué de 88 % !

(Diabetes & Metabolism, volume 36, supplément 1, p. A42. - American Journal of Clinical Nutrition, volume 92, p. 194-202.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s