Le dosage salivaire de la maladie coeliaque

lu 5086 fois

Lisa et Luca prennent un gobelet en main et crachent dedans avec force. Leurs 19 camarades de classe font de même. Les enfants rient de bon coeur et crachent avec un plaisir évident. Ils participent à un test de dépistage de la maladie coeliaque dans une école primaire de Rome. Le test salivaire, développé à l'Université « Sapienza » (Italie), permet de procéder à un dépistage d'intolérance au gluten de manière simple et surtout non-invasive sur un grand nombre d'enfants.

« Le dosage salivaire de la maladie coeliaque » - Crédit photo : www.schaer.com Chez les enfants également (de nombreuses études différentes et indépendantes l’ont montré), cette maladie auto-immune se présente souvent de façon atypique c’est-à- dire sans les symptômes généralement associés à l’intolérance au gluten tels que la diarrhée, les vomissements ou les maux de ventre. Ces enfants présentent par ex. une carence en fer, un diabète et des troubles de croissance, affections qui peuvent avoir bien d’autres origines.

Les anticorps anti-gliadine identifiables dans la salive

Pour vérifier une simple suspicion, les méthodes traditionnelles de diagnostic de la coeliaquie sont trop traumatisantes pour les enfants. Un pédiatrique de l’Université de Rome, rattachée à l’école supérieure « La Sapienza », a développé une méthode de dépistage de la coeliaquie aussi simple que facile à exécuter : un test salivaire.

Grâce à un procédé finalisé aux États-Unis, les anticorps tTG peuvent être identifiés dans la salive. Ces anticorps sont un marqueur sérologique auto-immune important de la coeliaquie. Le groupe de recherche « Coeliaquie et malabsorption pathologique » du département pédiatrique de la Clinique universitaire « La Sapienza » à Rome, sous la direction du Pr. Margherita Bonamico, a développé une méthode innovante pour la mesure des anticorps tIG et exécuté avec succès un test pour un dépistage étendu.

Test salivaire pour 5.000 élèves romains de l’école élémentaire

En collaboration avec Lia Di Renzo, référente de la ville de Rome pour la famille et la jeunesse, et sous le patronage de l’Association coeliaque italienne nationale et régionale ainsi qu’avec l’aide de nombreux pédiatres, cours d’une l’année scolaire (2007/08) auprès d’environ 5.000 enfants des CP et CE de 27 écoles élémentaires de sept arrondissements différents de Rome.

Âgés de 6 à 8 ans, les enfants ont participé avec enthousiasme au « Crache test ». Sur les 5.000 échantillons recueillis, plus de 4.000 étaient exploitables. « Les parents des enfants concernés se sont montrés très ouverts par rapport au dépistage : 86 % d’entre eux se sont déclarés prêts à participer à la série de tests » précise Margherita Bonamico. Les prélèvements de salive ont été effectués sans problème à l’école. Aussi bien la direction des écoles et les professeurs que les parents et les enfants avaient été auparavant informés avec le matériel correspondant sur le test et la maladie coeliaque.

Des séries de dépistages possibles à l’avenir pour les enfants à partir de 5 ans

Cette nouvelle technique ne peut être actuellement appliquée dans le monde que dans les instituts qui l’ont développée, à savoir dans l’unité opérative « Coeliaquie et malabsorption pathologique » du département pédiatrique dirigé par Margherita Bonamico et dans le laboratoire du département des sciences cliniques qui s’appuie sur une méthode développée à l’Université du Colorado à Denver aux États-Unis (transglutaminase tissulaire recombinante humaine). Le dépistage salivaire est adapté aux enfants à partir de l’âge de 5 ans. Les enfants l’appréhendent comme un jeu et l’exécutent correctement.

Les expériences positives avec le test de dépistage à Rome permettent d’espérer que ce criblage pourra être proposé à toute l’Europe dans un proche avenir en tant que campagne de dépistage, à l’image des vaccinations obligatoires.

Un taux de réussite de 1,3 %

Le résultat du criblage a dépassé toutes les espérances des chercheurs. Selon Margherita Bonamico, la valeur des anticorps tTG se situait dans la zone critique, ou à la limite de celle-ci, chez 40 enfants. Elle précise : « le test salivaire chez ces enfants ».

Au total, 33 enfants ont présenté un résultat positif après le second test. « Nous avons alors demandé aux parents de faire procéder aux analyses de sang habituelles pour la détermination des valeurs (un sérum-test ainsi que la traditionnelle méthode immunoenzymatique et la détermination des anticorps anti-endomysium avec la méthode d’immunofluorescence indirecte). Un examen histologique de la muqueuse intestinale a été effectué sur les enfants pour lesquels le résultat indiquait une coeliaquie.

À ces 33 enfants, chez lesquels une coeliaquie asymptomatique a été diagnostiquée, il faut ajouter 22 enfants qui ont participé au test salivaire alors qu’une intolérance au gluten avait déjà été mise en évidence chez eux auparavant. « Au total, nous arrivons à un taux de 1,3 % » explique Margherita Bonamico. Elle et son équipe s’attendait à un taux approximatif de 1%.

Le diagnostic précoce garantit un développement normal

« Nous avons sélectionné cette catégorie car à cet âge, les enfants sont particulièrement réceptifs à une alimentation sans gluten et l’acceptent facilement » explique Margherita Bonamico. L’objectif d’un dépistage est précisément, grâce à un diagnostic précoce, d’intervenir face aux complications de la maladie coeliaque et de garantir aux enfants une croissance saine et un développement normal.

Le test salivaire est tout aussi facile à exécuter qu’il est fiable et sensible. Il est en outre disponible à un coût raisonnable et peut compter sur une large acceptation de la part de la population. Margherita Bonamico : « Un criblage étendu à l’ensemble de la population nous donnerait par ailleurs la possibilité d’apprendre encore plus sur cette maladie auto-immune qui n’est pas encore complètement étudiée, ainsi que sur son extension ! »

Combien d’enfants respectent encore le Régime après cinq ans ?

Les résultats des premiers contrôles effectués chez les enfants pour lesquels la maladie coeliaque a été diagnostiquée dans le cadre du dépistage salivaire dans les écoles primaires romaines ont montré une bonne acceptation du régime ainsi qu’une rapide amélioration du bien-être général.

Pour Margherita Bonamico et son équipe, l’étape suivante sera maintenant de déterminer combien, parmi les nouveaux diagnostiqués, continuent à respecter cinq ans après une alimentation sans gluten. Les études antérieures montraient que 60 % des adolescents chez lesquels la maladie coeliaque avait été diagnostiquée dans l’enfance respectaient une alimentation sans gluten stricte. Lorsque la coeliaquie est diagnostiquée durant l’adolescence, seuls 20 % respectent encore le régime sans gluten après 5 ans.

(YOURLIFE N°36 - The Schär Magazine for a tasteful life)

SOURCE : TASTE FOR LIFE

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s