Le coup de fourchette anti-Alzheimer

lu 7301 fois

Caractérisée par une perte progressive et irréversible des fonctions mentales, la maladie d'Alzheimer est la principale cause de démence des personnes âgées. Ses origines restent inconnues, mais on accorde une large place à la génétique et aux facteurs d'environnement, parmi lesquels l'alimentation.

« Le coup de fourchette anti-Alzheimer » - Crédit photo : www.inserm.fr Pour les chercheurs et les spécialistes du 3e âge, certains nutriments pourraient jouer un rôle protecteur pour retarder le déclin cognitif :

  • Les lipides : Après le tissu adipeux, le cerveau est l’organe le plus riche en lipides : les fameux oméga 3 pourraient agir comme « anti-inflammatoires » neurologiques. Une cuillerée à soupe d’huile de colza ou de noix couvre la moitié des besoins quotidiens en oméga 3. Une portion de poisson gras (sardines, maquereau, saumon) complète les apports.

  • Les vitamines et les oligo-éléments : Utiles contre le « stress oxydatif », le zinc, le sélénium, la vitamine C et l’acide folique (vitamine B9) sont réputés bons pour le cerveau. Les aliments qui en contiennent sont aussi les moins consommés par les personnes âgées. D’autres vitamines du groupe B (B6, B12) ainsi que la vitamine E pourraient aussi être favorables à condition de les trouver dans l’alimentation et pas en comprimés, car les études à ce propos sont contradictoires et les risques de surdosage existent. Une seule solution sûre : une alimentation équilibrée en quantité suffisante.

Les recherches se poursuivent, et leur enjeu n’est pas mince. Selon l’Observatoire national de la recherche sur la maladie d’Alzheimer (ONRA), il y aurait 860.000 cas de démence chez les personnes âgées en France.

(Valorial. Lettre Nutrition Santé n° 22. www.pole-valorial.fr)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s