Le contrôle du développement des vaisseaux sanguins aide à lutter contre l'obésité

lu 4022 fois

La population européenne dépense des millions d'euros chaque année pour combattre l'obésité. Les consommateurs se tournent sans cesse vers divers aliments, équipements sportifs et pilules minceur dans l'espoir de perdre du poids. Toutefois, une équipe de chercheurs de l'institut Karolinska, en Suède, a annoncé que le contrôle de la formation des vaisseaux sanguins (ou angiogenèse) dans les tissus adipeux ouvrirait probablement la voie à un nouveau traitement de l'obésité. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Cell Metabolism.

« Le contrôle du développement des vaisseaux sanguins aide à lutter contre l’obésité » - Crédit photo : www.vulgaris-medical.com Les scientifiques de l’institut Karolinska expliquent que les nutriments transportés dans le sang et l’oxygène influencent la croissance des cellules adipeuses et leur métabolisme. Une manière de réguler la quantité de la graisse dans l’organisme, selon les scientifiques, est de maîtriser l’angiogenèse dans les tissus adipeux. Cela permettrait de mieux combattre l’obésité.

Dans le cadre de cette étude récente, les chercheurs ont soumis des souris à de basses températures; elles ont développé davantage de vaisseaux sanguins dans le tissu adipeux et métabolisent plus rapidement la graisse.

L’équipe vient de mettre en évidence le développement rapide des vaisseaux sanguins dans le tissu adipeux de souris exposées à de basses températures. Ceci est suivi d’une transformation dans le tissu adipeux des graisses « blanches » en graisses « brunes », qui ont une activité métabolique plus élevée et se décomposent plus facilement.

Les chercheurs pensaient que les mitochondries présentes dans le tissu adipeux brun (qui lui confèrent cette couleur brune) disparaissaient; l’apparence et la fonction de ce tissu devenait ainsi semblable à celles de la graisse blanche. Cependant, de récentes études ont montré que la graisse brune se répartissait davantage autour des muscles squelettiques que la graisse blanche.

Les scientifiques de l’institut Karolinska expliquent que les calories sont libérées lorsque la graisse brune fond. Ce processus se déroule notamment chez les mammifères hibernants. Chez les humains, la graisse brune constitue près de 5% de la masse corporelle des nouveau-nés. Elle se situe au niveau du dos du bébé, et se répartit entre la partie supérieure de la colonne vertébrale et les épaules. Étant donné la taille des nouveau-nés, le métabolisme de la graisse brune est un processus vital pour la régulation de la température des bébés.

Mais les scientifiques pensent aujourd’hui qu’en contrôlant l’angiogenèse, il serait possible de favoriser la transformation de la graisse blanche en graisse brune chez les adultes.

« C’est la première fois que l’on peut montrer l’impact de la croissance des vaisseaux sanguins sur l’activité métabolique du tissu adipeux, et non l’inverse », explique le professeur Yihai Cao, principal auteur de l’étude. « Si l’on parvient à régler le développement des vaisseaux sanguins chez l’homme, on pourra ainsi découvrir de nouveaux traitements de l’obésité et de maladies métaboliques telles que le diabète ».

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : Copyright © Communautés européennes, 2009

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s