Le comportement des familles lié au repas

lu 7855 fois

Intérêt grandissant des Français pour les émissions culinaires, inscription du « repas gastronomique à la française » au Patrimoine de l’Unesco depuis 2011, le repas à table semble faire l’objet d’un grand engouement médiatique. Mais qu’en est-il dans les familles ? Une enquête Flunch-Opinion Way (*) sur le repas familial réalisée auprès d’un échantillon représentatif de parents d’enfants âgés entre 6 et 10 ans révèle des chiffres surprenants !

36% des parents déclarent ne prendre leurs repas avec leurs enfants qu’une fois par jour ou moins pendant la semaine.

Pour 52% des parents, la durée moyenne du repas avec leurs enfants est comprise entre 30 et 44 minutes.

Seuls 7% des parents accordent au repas avec leur enfant 1 heure et plus.

77 % des parents déclarent qu’il leur arrive de regarder la TV avec leurs enfants en mangeant.

40% des parents déclarent regarder souvent la TV en mangeant.

80% des parents aimeraient varier davantage les repas proposés à leurs enfants.

En ce qui concerne les repas familiaux à l’extérieur :

44% des parents emmènent moins d’une fois par mois leurs enfants, déjeuner ou dîner chez des amis ou dans la famille.

64% des parents vont moins d’une fois par mois au restaurant avec leurs enfants.

18% des parents emmènent leurs enfants au restaurant une fois par mois.

Faire du repas un plaisir partagé

Pour le Docteur Brigitte Rochereau, médecin nutritionniste, « les parents doivent prendre conscience que le repas à table avec les enfants doit être un moment de plaisir partagé ».

Elle ajoute : « Les enfants ont besoin de ces instants où l’on prend le temps de se retrouver en famille, autour d’un repas goûteux. Ce sont au-delà des aliments ingérés, des moments de partage, d’échange, de socialisation.

C’est là où l’enfant construit son modèle alimentaire pour imitation du modèle parental. C’est là où se forment ses goûts, son plaisir, son éducation alimentaire. »

Eviter les sujets qui fâchent : A table c’est drapeau blanc !

« Et attention à ne pas faire du repas un moment de stress et de conflit avec ses enfants ; soit en abordant les sujets qui fâchent comme les mauvaises notes à l’école ou en forçant à manger un enfant ce qu’il n’aime pas ». « A table c’est drapeau blanc ! » lance-t-elle en forme de boutade.

Pour le Docteur Brigitte Rochereau : « On a beaucoup stressé les parents avec les conseils diététiques : ce qu’il faut manger ou ne pas manger, ce qu’il faut faire ou ne faut pas faire…. Mais on a aussi souvent oublié l’essentiel : à table ce qu’on doit avant tout partager c’est du plaisir ».

Les conseils du Docteur Brigitte Rochereau pour faire du repas un moment de plaisir partagé

Ce qui aide :
  • Décider ensemble du ou des menus, le même pour toute la famille.
  • Faire les courses alimentaires avec son enfant, avec une liste décidée en famille.
  • Le faire participer à la préparation des repas.
  • Préparer "juste ce qu’il faut".
  • Manger ensemble, dans de bonnes conditions : assis, à table, sans la télévision.
  • Marcher ensemble, bouger en famille.
  • Aider les enfants à aimer leur corps, les valoriser.
Ce qui n’aide pas :
  • Laisser l’enfant choisir les courses, en faire un "enfant roi".
  • Reprocher, se fâcher, menacer, désespérer.
  • Trop remplir le réfrigérateur et les placards.
  • Interdire et / ou cacher certains aliments.
  • Abuser des légumes vapeurs et des allégés.
  • Parler "régime" tout le temps.
  • Canapé, TV, apéro au retour du travail sans y faire participer l’enfant.
  • Parler résultats scolaires…et se disputer à table.
  • Les "petites" remarques "assassines", par exemple.

Bien manger avec plaisir, une nécessaire prise de conscience dans les familles

Pour développer une prise de conscience dans les familles, Flunch lance un partenariat original avec la Fédération des Villes Moyennes, « Bien Manger avec plaisir », un grand programme national d’éducation destiné aux jeunes de 6 à 12 ans pour apprendre à se régaler ensemble en mangeant à sa faim, ni trop ni trop peu, et en variant son alimentation.

(*) Etude réalisée auprès de 400 parents d’enfants de 6 à 10 ans issus d’un échantillon de 4000 individus de 18 ans et plus, représentatif de la population nationale.

SOURCE : Fédération des Villes Moyennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s