Le chocolat noir, bon pour le coeur... et le poids !

lu 29052 fois

Les maladies cardiovasculaires restent la première cause de mortalité en France et sont, parmi les « maladies de civilisation », une priorité de Santé Publique. La nutrition joue un grand rôle favorisant ou diminuant les risques de ces pathologies. Les aliments qui ont un rôle préventif ce ces maladies sont intéressant à connaître, le chocolat en fait partie.

Parmi les facteurs de risque identifiés, outre le tabagisme, citons la sédentarité et l'excès d'alcool. En nutrition, certains aliments ou nutriments ont un effet de prévention, alors que d'autres constituent un facteur de risque. Quels sont les facteurs de risque cardio-vasculaire ?

  • l'hypercholestérolémie
  • l'hyperglycémie
  • l'hyperinsulinémie
  • l'insulinorésistance
  • l'hypertriglycéridémie
  • l'hypertension
  • le surpoids et l'obésité

Quel effet le chocolat a-t-il sur ces divers paramètres ?

Chocolat, cholestérol, athérome et thrombose

Le beurre de cacao est constitué :

  • d'acides gras saturés (AGS) : 28 % d'acide palmitique et 34 % d'acide stéarique
  • de 35 % d'AG monoinsaturés dont l'acide oléique
  • de 3 % d'AG polyinsaturés
Mais l'acide stéarique, lors de la digestion, se transforme en acide oléique : sont donc absorbés 69 % d'AG moninsaturés, protecteurs de l'hypercholestérolémie.

Des travaux ont montré qu'au bout de 3 semaines de consommation quotidienne de 75 g de chocolat noir : le LDL-cholestérol a baissé de 11,9 % et le HDL-cholestérol a augmenté de 11,4 %.

De plus, le chocolat contient des nutriments antioxydants : vitamine E, cuivre et polyphénols. Le chocolat, en particulier le noir, plus riche en cacao, contient des tanins qui font partie des polyphénols, dont en particulier les flavanols ou flavonoïdes. (épicatéchine, catéchine, procyanidines...) qui ont notamment une action antioxydante en luttant contre les radicaux libres suceptibles de léser les tissus et d'induire des affections cardio-vasculaires.

Surtout grâce à ces derniers, le pouvoir anti-oxydant du chocolat (mesuré en unités ORAC/100 g) s'avère exceptionnel : 13 120 pour le chocolat noir et 6740 pour le chocolat au lait. C'est un chiffre très supérieur aux fruits (pruneau : 5 770, raisin : 800). Cet effet anti-oxydant prévient l'oxydation des LDL, d'où une protection anti-athéromateuse.

Mais les polyphénols n'ont pas qu'une action anti-oxydante, ils ont un effet vasodilatateur (action sur le NO et les prostacyclines) et des propriétés anti-inflammatoires par baisse des leucotriènes. Enfin les polyphénols inhibent l'agrégation plaquet-taire, d'où une hypocoagulabilité sanguine, avec baisse du risque de thrombose, effet similaire à celui de l'aspirine.

Au total, le chocolat est un puissant protecteur cardio-vasculaire qui protège les parois artérielles de l'athérome et de la peroxydation, mais agit aussi sur le sang avec un effet antithrombotique. Ces actions sont obtenues avec moins de 10 g de chocolat par jour.

Sur le plan de la morbidité-mortalité, après un suivi pendant 16 ans de 34 489 femmes ménopausées, celles du 5è quintile le plus élevé de consommation de polyphénols du cacao, ont une baisse de 22 % des atteintes coronariennes et de 12 % de la mortalité globale.

Chocolat, hyperglycémie, hyperinsulinémie et insulinorésistance

Le chocolat noir a un index glycémique à 30 et le chocolat au lait à 45, ce qui est bas : d'où une faible hyperglycémie et peu d'hyperinsulinémie. En outre, le chocolat diminue l'insulinorésistance. Ainsi compte tenu de leurs index glycémiques bas, les chocolats ne déséquilibrent pas le diabète et puisqu'ils assurent une protection cardiovasculaire, ils sont un plaisir sucré autorisé aux diabètiques en fin de repas, en quantités raisonnables.

Chocolat et hypertriglycéridémie

Seuls certains chocolats dits « de régime » sucrés au fructose pourraient induire une hypertriglycéridémie. Mieux vaut préférer les chocolats classiques au saccharose, voire ceux dits « sans sucre », contenant des polyols (maltitol).

Chocolat et tension artérielle

Le chocolat noir contribue à réduire la tension artérielle et à peine plus de six grammes par jour suffisent pour en profiter, suggère une étude allemande publiée dans le Journal de l'Association médicale américaine (JAMA). Ces recherches sont les premières à indiquer qu'une si petite quantité de chocolat noir peut apporter un tel bénéfice.

Ainsi, consommer seulement deux petits carrés de chocolat noir tous les jours permet de réduire sa tension artérielle sans prendre de poids, selon cette étude qui confirme les vertus médicinales du cacao consommé depuis deux mille ans.

Chocolat et gestion du poids

Aucun aliment ne fait grossir par lui-même. Tout dépend ce qu'on consomme avant ou après lui et comment il s'intègre dans l'équilibre alimentaire. Une étude du CREDOC (2005) montre que le chocolat (550 Cal/100g) ne représente en moyenne que 3.9 % de l'apport énergétique total quotidien des enfants et 2.7 % de celui des adultes.

Chez les enfants sains, l'IMC des grands consommateurs de chocolat (>14.3 g/jour) est plutôt plus bas (22.8) que celui des non-consommateurs (23.6). Quant aux obèses, ils n'ont pas de préférence particulière pour le chocolat et les études n'objectivent pas de corrélation entre la consommation de chocolat et leur excès pondéral.

Un travail de N. Matsui publié dans « Nutrition » a montré que le beurre de cacao agit sur les gènes qui diminuent le stockage des graisses et augmentent l'oxydation métabolique des Acides Gras dans le métabolisme.

Quelles sont les autres substances du chocolat potentiellement protectrices du système cardiovasculaire ?

A l'action bénéfique des polyphénols s'ajoutent celle :

  • des lipides du beurre de cacao (effet hypocholestérolémiant)
  • de la vitamine E (action antioxydante)
  • de bêta-carotène (action antioxudante)
  • du cuivre (action antioxudante)
  • des phytostérols (effet hypocholestérolémiant)
  • du potassium (abaisse la tension artérielle)

Plusieurs études publiées depuis un an avaient déjà révélé les effets anti-coagulants ou dilatateurs du cacao sur les artères. Selon une étude fin 2006, quelques carrés de chocolat noir consommés quotidiennement ont le même effet que l'aspirine pour réduire la coagulation sanguine et diminuer les risques de blocage artériel responsable de crises cardiaques. D'autres travaux sur les Indiens Kuna au Panama qui consomment régulièrement du cacao, ont montré que ceux-ci ne souffrent pas d'hypertension artérielle ni de dégénérescence cérébrale chez les plus âgés.

(Dr Hervé Robert, Lettre d'information n°1 du Syndicat du chocolat, Cyberpresse 03/07, AP 04/07)

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s