Le chocolat : agréable à manger, donc bénéfique...

lu 4183 fois

Trois Français sur quatre dégustent du chocolat au moment des fêtes. Consommé de façon modérée, le chocolat n’est pas « mauvais » pour la santé, bien au contraire. D’après des recherches scientifiques de plus en plus nombreuses, il présente de nombreux atouts nutritionnels et pourrait même être très bénéfique. En plus, on dit qu’il met de bonne humeur... mais ça, tout le monde le sait !

« Le chocolat : agréable à manger, donc bénéfique... » En France, tous chocolats confondus, les adultes mangent en moyenne 10 g de chocolat par jour. Les enfants environ 4 g. Avec un pic en fin d’année (75 % des Français y succombent) et à Pâques (53 %). La consommation se partage entre les confiseries diverses (plus de 40 %), les tablettes (25 % environ), les pâtes à tartiner et la poudre de cacao (environ 20 %).

Mais elle reste raisonnable. Les amateurs semblent conscients de la nécessité de ne pas abuser. Car noir, au lait, ou blanc (au beurre de cacao), la valeur calorique du chocolat est à peu près la même : autour de 545 Kcal pour 100 g, ce qui n’est pas négligeable. Le chocolat noir est moins sucré, mais il contient plus de lipides. Il apporte aussi des fibres et du magnésium. Le chocolat au lait et le chocolat blanc sont plus riches en calcium...

On fait beaucoup d’hypothèses sur les bénéfices santé du chocolat. On parle surtout aujourd’hui de ses flavonols ou polyphénols. Plus le chocolat est riche en cacao, plus il apporte ces anti-oxydants. D’après certaines évaluations, le pouvoir anti-oxydant du chocolat serait supérieur à celui du thé vert ou des myrtilles. On lui attribue la capacité d’empêcher l’oxydation du « mauvais » cholestérol (LDL) donc de limiter les altérations des parois des artères. De « fluidifier » le sang, de dilater les vaisseaux, de faire baisser la tension artérielle... Si l’on en croit une des études sur le sujet, 3 à 6 g de chocolat par jour peuvent faire diminuer la tension. Sur une quinzaine d’années, on pourrait diminuer le risque de mortalité cardiovasculaire de 50 % !

Ce qui est sûr, c’est que le chocolat à doses modérées ne fait pas de mal. Les allergies qu’on lui attribue sont rares (et peuvent aussi venir des fruits à coques contenus dans certains chocolats). Le chocolat ne donne pas d’acné, pas de constipation, pas de difficultés de digestion chez les personnes en bonne santé : au XIXe siècle, on disait même qu’il aidait à digérer ! S’il contient certaines substances qui peuvent favoriser la migraine, il ne les apporte pas en quantités suffisantes pour en être responsable. Et dans le cadre d’un régime équilibré, il n’est pas non plus interdit aux diabétiques...

Restent ses effets « consolants » et bons pour le psychisme. On a voulu les attribuer à plusieurs de ses composants : la caféine et son effet tonique, le magnésium et son effet relaxant anti-stress, d’autres substances encore à action anti-dépressive ou euphorisante... En fait, « les quantités habituellement consommées n’apportent pas suffisamment de ces constituants pour qu’ils exercent un effet réel », indique le Dr Hervé Robert. Le chocolat, estime ce nutritionniste, fait surtout du bien parce qu’on a plaisir à le manger. Il entraîne la sécrétion d’endorphines, sources d’euphorie et de bien-être. « Une faible consommation peut donc suffire à nous combler », conclut le Dr Robert. Allez, encore un petit carré pour 2010 !

(Valorial, Lettre Nutrition Santé n° 25.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s