Le chewing-gum serait impliqué dans le contrôle de l'appétit

lu 6142 fois

Des chercheurs britanniques de l'Université calédonienne de Glasgow ont étudié l'influence du chewing-gum sur la perception de la faim et de la satiété, et son impact sur la prise calorique à court terme.

Soixante sujets en bonne santé, avec un IMC dans la normalité (19-25), ont été recrutés pour participer à l'étude et répartis en plusieurs groupes. À quatre reprises, des sujets ont été invités au laboratoire pour assister au déjeuner, après quoi ils ont mâché du chewing-gum, tandis que d'autres se sont abstenus de manger et de boire excepté de l'eau.

Ceux qui avaient reçu du chewing-gum ont pu le mâcher en deux occasions : une heure et 2 heures après le déjeuner. La gomme à mâcher était soit sans sucre ou contenant du sucre selon les préférences des sujets et représentait 5 à 10 kilocalories environ par portion. Indépendamment du fait d'avoir ou non mâché du chewing-gum, les sujets sont retournés en milieu d'après-midi au laboratoire et se sont vu offrir un copieux goûter contenant des collations sucrées ou salées et ont été invités à en consommer autant qu'ils le souhaitaient.

Les résultats ont montré que, après le déjeuner, la faim a augmenté régulièrement tout au long de l'après-midi. Cependant, dans le groupe ayant mâcher du chewing-gum, cette augmentation de la faim a été plus modérée. Le désir de manger des collations sucrées et salées était également augmenté au cours de l'après-midi, mais, dans le groupe de la gomme à mâcher, la hausse a été moindre pour les collations sucrées. Le désir de manger des collations salées était présent indépendamment de la mastication de chewing-gum.

Quand la consommation réelle lors de ce « casse-croûte » a été mesurée, le chewing-gum a eu un impact modeste mais statistiquement significatif sur la prise d'énergie (différence de 36 kcal en moyenne entre les mâcheurs de gomme et le groupe de contrôle). La réduction de la prise d'énergie était semblable pour les gommes sans sucre et celles contenant du sucre.

Les chercheurs ont conclu que le chewing-gum pourrait atténuer l'appétit, plus spécifiquement le désir de manger des collations sucrées. La réduction modeste de la prise calorique résultante doit être confirmée en utilisant un protocole à plus long terme avant que l'utilisation du chewing-gum puisse être recommandée comme stratégie de contrôle de poids...

Référence :

  • Hetherington M & Boyland E (2007). Short-term effects of chewing gum on snack intake and appetite. Appetite, DOI: 10.1016/j.appet.2006.109.001.

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s