Le cancer n'est pas une fatalité

lu 2416 fois

Les chercheurs le révèlent aujourd'hui : si les Français mangeaient mieux, on pourrait éviter 100 000 cancers sur les 240 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année dans notre pays. C'est la conclusion du rapport du Fonds Mondial pour la Recherche sur le Cancer (World Cancer Research Fund) qui condense les conclusions de plus de 4 500 études sur les aliments, la nutrition et le cancer.

Jusque-là, la recherche s'était contentée de démontrer le lien entre des repas équilibrés, riches en fruits et légumes, et un moindre risque de développer la maladie. Cette fois, l'effet est calibré et pesé. C'est un chiffre stupéfiant ! Certes, les médecins et même les Ministres de la Santé le répètent depuis quelques années : pour être en bonne santé et vivre vieux, il faut manger de tout, en quantité raisonnable, ne pas fumer, limiter sa consommation d'alcool et faire de l'exercice. Mais ce qui est nouveau, c'est le lien établi entre la consommation de certains aliments et le risque d'avoir ou non telle ou telle tumeur dans sa vie.

Ainsi, s'il est reconnu que la cause majeure du cancer du poumon est bien le tabagisme, les experts estiment que les régimes riches en fruits et légumes, instaurés très précocement dans la vie, pourraient prévenir 20 à 30 % des cas de cancer du poumon chez les fumeurs comme chez les non-fumeurs.

D'une façon plus générale, ce sont 30 à 40 % des cas de cancer qui pourraient être évités par des régimes alimentaires appropriés et faciles à suivre, associés à une activité physique et à un contrôle adéquat du poids.

La réduction de l'incidence mondiale du cancer est l'objectif des 10 à 25 prochaines années. Des bénéfices plus importants ne pourront être obtenus qu'après une ou deux générations...

SOURCE : Nestlé Nutrition

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s