Le calcium seul est efficace pour prévenir le risque fracturaire chez les adultes âgés en bonne santé

lu 3153 fois

Un essai randomisé contre placebo confirme le bénéfice d'une supplémentation calcique chez des adultes âgés d'une soixantaine d'années : même sans prescription conjointe de vitamine D, 1 200 mg par jour de calcium, en plus d'une alimentation normale, diminue le risque de fractures, notamment les fractures provoquées par à un traumatisme minime.

« Le calcium seul est efficace pour prévenir le risque fracturaire chez les adultes âgés en bonne santé » - Crédit photo : www.appartementprovence.fr Comme le rappellent les auteurs de cette étude,tous les experts recommandent des apports élevés en calcium pour garantir un bon capital osseux. Si les essais cliniques ont montré un effet bénéfique, bien que relativement modéré, sur la masse osseuse d’une supplementation calcique sans adjonction de vitamine D, les données concernant son impact sur le risque fracturaire étaient divergentes. L’essai publié dans l’American Journal of Clinical Nutrition par Heike Bischoff-Ferrari et coll. vient donc clore le débat en apportant la preuve de ce bénéfice.

Un suivi de 10 ans

L’essai était en fait destiné à évaluer l’effet d’une supplé­mentation calcique sur la prévention des adénomes coliques. Les participants étaient 930 adultes, âgés en moyenne de 61 ans, en bonne santé, mais chez lesquels un adénome colique avait été diagnostiqué récemment. IIs ont reçu, pendant 4 ans, soit un supplément sous forme I de 3 g/jour de CaCO3 (1200 mg de calcium élément) en deux comprimés, soit un placebo. Les premiers résultats publiés dès 1999 ont mis en évidence un bénéfice modeste, mais significatif du calcium sur la récidive d’adénome colique. Les participants ont alors reçu un questionnaire médical sur leurs habitudes alimentaires, leur santé en général et sur leurs antécédents de fractures survenues pendant la période de l’essai. Un questionnaire similaire leur a ensuite été adressé une fois par an jusqu’en 2003.

Au cours des deux périodes de l’étude,celle correspondant à l’essai lui-même et celle d’observation, soit un suivi de plus de dix ans au total, les auteurs ont enregistré 46 fractures, dont 15 attribuées à un traumatisme minime, chez les 464 patients du groupe assigné au calcium et 54, dont 29 à la suite d’un traumatisme minime, chez les 466 patients sous placebo.

Diminution du risque fracturaire

Le risque fracturaire a été donc significativement plus faible sous supplémentation calcique, avec un risque relatif de 0,28 (IC ; 0,09-0,95). Les fractures provoquées par un traumatisme minime ont été également moins fréquentes pendant la durée du traitement, chez les hommes, comme chez les femmes. En revanche, le bénéfice du calcium diminue, puis disparaît, après l’arrêt de cette supplémentation. À. noter que les participants à cet essai avaient des taux de 25 OH vitamine D non pas optimaux, mais relativement proches de la normale.

Comme le soulignent les auteurs, cette étude montre qu’augmenter les apports calciques a un effet protecteur sur l’os chez des adultes en bonne santé. On pensait que le bénéfice antifracturaire du calcium concernait surtout les sujets particulièrement carences en calcium et vitamine D. Les auteurs suggèrent donc de renforcer les apports calciques, non seulement chez les patients à risque, mais plus largement et plus précocement chez des sujets en bonne santé, dès la cinquantaine avant le développement d’une ostéoporose confirmée. Néanmoins, compte tenu de la disparition du bénéfice antifracturaire à l’arrêt du traitement, ils recom­mandent de le proposer à des sujets prêts à le poursuivre de façon prolongée.

(Par le Dr Christine LE BIHAN, d’après H. Bischoff-Ferrari et al. « Effect of calcium supplementation on fracture risk : a double-blind randomized controlled trial » Am J Clin Nutr 2006 ; 87 :1945-51. - La Lettre Faxée des Eaux ® - Juillet 2009)

SOURCE : Groupe Protéines

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s