Le calcium associé à la vitamine D réduit le risque de fracture indépendamment de l'âge et du sexe

lu 3958 fois

Les résultats du DIPART Group 2010 (*), analyse de sept grands essais randomisés de supplémentation en vitamine D avec calcium ou de vitamine D seule, par une équipe de chercheurs de l'Université de Copenhague au Danemark, montre que la supplémentation quotidienne en calcium et vitamine D contribue à prévenir les fractures osseuses chez les hommes et les femmes de tous âges, avec ou sans antécédents de fracture.

« Le calcium associé à la vitamine D réduit le risque de fracture indépendamment de l'âge et du sexe » Une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l'Université de Copenhague au Danemark ont donc analysé les données regroupées à partir d'essais randomisés de 68.517 participants âgés de 47 à 107 ans, impliquant la supplémentation de vitamine D avec calcium ou de vitamine D seule, pour en déterminer l'incidence sur tous types de fractures, incluant les fractures de la hanche et les fractures vertébrales, en tenant compte de l'âge, du sexe, des antécédents de fracture, de l'hormonothérapie et de l'utilisation des bisphosphonates (traitement utilisé en cas résorption osseuse excessive).

L'âge, le sexe féminin, et une fracture antérieure ont tous trois été associés à un risque accru de fracture. Le calcium et la vitamine D administrés simultanément réduisent le risque global de fracture de 8%, et de 16% pour la fracture de la hanche, par rapport au risque connu de ceux qui ne reçoivent pas de supplémentation. La supplémentation en vitamine D seule à des doses quotidiennes de 10 ou 20 microgrammes (équivalent à 400 et 800 Unités Internationales) n'était pas associée à des avantages significatifs et n'est donc pas efficace pour la prévention des fractures. Les antécédents de fractures, l'âge, le sexe ou l'utilisation du traitement hormonal substitutif ne semble pas affecter les effets de la vitamine D et du calcium.

Alors qu'il est déjà admis qu'une justification existe pour l'utilisation de la vitamine D dans la prévention des fractures chez les personnes âgées, cette étude confirme le consensus scientifique croissant sur le fait que le calcium combiné à la vitamine D est plus efficace que la vitamine D seule pour la réduction du risque pour diverses fractures. La dose nécessaire de vitamine D pour la prévention des fractures n'est pas encore très claire, dépendante de la coopération quotidienne du calcium qui semble nécessaire. Cependant il est établi actuellement que la co-administration de 1000 mg de calcium par jour sont requises pour la prévention des fractures.

Il est à souligner que cette analyse ne permet pas une comparaison directe des effets de la vitamine D versus la vitamine D donnée avec le calcium, mais seulement les comparaisons entre chaque intervention et aucune supplémentation. Si des doses intermittentes de vitamine D données sans suppléments de calcium peut réduire le risque de fractures, cette question n'est donc toujours pas résolue par cette analyse. Des études supplémentaires sur la vitamine D sont donc encore nécessaires, notamment des essais sur la vitamine D administrée quotidiennement à des doses plus élevées, mais sans calcium.

(*) Vitamin D Individual Patient Analysis of Randomized Trials

(Life Extension Update, 26 janvier 2010, d'après "Patient level pooled analysis of 68 500 patients from seven major vitamin D fracture trials in US and Europe" - DIPART Group 2010. BMJ 2010;340:b5463, doi: 10.1136/bmj.b5463.)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s