Publicité

Le budget alimentaire des Français toujours trop élevé

4017 vues Temps de lecture : 2 min Réagir

Le budget alimentaire des Français toujours trop élevé

Les Français consacrent en moyenne 385 euros par mois pour se nourrir, soit une hausse de 12 euros par rapport à l’année dernière. Une majorité d’entre eux continue à trouver ce budget trop élevé et multiplie les stratégies d’économies. Tels sont les principaux enseignements de la nouvelle édition du Sofinscope (*) qui s’inscrit au cœur de la consommation et du quotidien des Français.

Publicité

Les foyers français dépensent en moyenne 385 euros par mois pour les courses alimentaires, les pauses déjeuners et les éventuelles dépenses de cantine pour les enfants. On constate cependant des différences de budget allant parfois du simple au double en fonction des revenus des personnes interrogées.

Ainsi, les foyers gagnant 3 500 euros ou plus par mois dépensent 506 euros mensuels pour la nourriture, un chiffre environ 2,5 fois supérieur au budget des foyers aux revenus mensuels de moins de 1 000 euros, qui s’élève à 203 euros. Les 18-24 ans dépensent, eux, 236 euros par mois pour se nourrir, soit deux fois moins que les couples avec enfants (473 euros). Quant aux personnes de 60 ans et plus, leur budget alimentation s’élève à 431 euros par mois.

Estimation du budget alimentation mensuel

Des stratégies d’économie bien ancrées

Près de la moitié des personnes interrogées (49 %, + 2 points depuis 2016) estiment que leur budget alimentation est en augmentation par rapport à l’an dernier. 39 % de l’échantillon déclarent un budget stable et 11 % un budget en diminution (- 2 points). 47 % des Français considèrent que le montant qu’ils peuvent consacrer à leurs courses alimentaires est trop élevé (+ 3 points), 43 % en sont satisfaits (- 2 points) et 9 % ne le trouvent pas assez élevé (– 1 point).

Une grande partie des habitudes de consommation alimentaire pour faire des économies restent très largement adoptées par la population française. Ainsi 88 % des personnes interrogées cuisinent toujours leurs restes afin d’éviter le gâchis (+ 1 point), 81 % privilégient les produits en promotion (- 1 point) et 79 % comparent systématiquement le prix des produits selon les marques (+ 1 point). On constate cependant un recul important de la part des personnes interrogées qui privilégie la vente directe auprès des producteurs (32 %, — 7- points). Le pourcentage de personnes qui ont plus recours à la consommation à emporter qu’auparavant diminue également de 5 points pour atteindre 17 %.

Le prix, premier critère de choix

Publicité

Les supermarchés arrivent une fois de plus en tête des lieux choisis pour réaliser les courses alimentaires puisqu’ils sont cités par 38 % de l’échantillon (- 1 point). Ils sont suivis de près par les hypermarchés, plébiscités par 37 % des personnes interrogées (+ 1 point). Viennent ensuite les enseignes de hard-discount (12 %, + 3 points), le marché (4 %, +1 point), le Drive et la livraison à domicile (4 %, stable), la supérette (2 %, -1 point), directement chez les producteurs (2 %, stable).

Le prix reste le premier critère de choix lors de courses alimentaires pour 42 % des personnes interrogées, loin devant la qualité gustative du produit (12 %), la composition du produit et les habitudes familiales (8 % chacun), la provenance (6 %) ou encore la date de péremption (5 %).

(*) Cette étude a été réalisée par Opinon Way pour Sofinco les 22 et 23 février 2017, auprès d’un échantillon de 1016 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « Sondage OpinionWay pour Sofinco ».

SOURCE : Sofinscope

Cela pourrait vous intéresser

Publicité