Le « binge drinking »

lu 3096 fois

Les spécialistes mettent en garde contre le phénomène en vogue outre-manche de « Binge drinking » qui touche les jeunes. Le procédé consiste à ingérer occasionnellement une « quantité excessive et intensive d'alcool, avec l'intention de se saouler ». Encore peu développée en France, cette pratique est inquiétante.

Le Dr Philippe Batel, médecin alcoologue de l'hôpital Beaujon à Paris et chercheur Inserm U 675 parle de "consommation frénétique", "d'intentionnalité de l'ivresse", du caractère "organisé" de cette consommation et de la "recherche de visibilité", puisque les jeunes s'enivrent dans la rue.

Pour éviter sa propagation en France, il plaide pour une campagne d'information auprès des adolescents assurant "le phénomène d'ivresse intentionnelle et recherchée est constitutif même de l'adolescence. Il faut envoyer et matraquer des messages de prévention sur les jeunes".

Pour sa part le Dr Marie Choquet, épidémiologiste à l'Inserm, qui participait cette semaine à une conférence sur les boissons, a insisté sur le fait qu'en France le phénomène est beaucoup moins développé qu'au Royaume-Uni ou au Danemark et qu'il tend plus à se développer dans les pays de l'Est.

Toutefois, le toxicologue Sylvain Dally de l'hôpital Fernand Widal à Paris, qui intervenait lors de la même conférence, a mis en exergue "la dangerosité sociale" du "binge Drinking" et des troubles comportementaux qui y sont liés : accidents, violence...

(AFP, 10/11, Le Dauphiné, Midi Libre, 11/11)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s