Label Nutrition : le CRIOC persiste et signe !

lu 2999 fois

Récemment, le CRIOC a analysé le label, dénommé « Intelligent Nutrition ». Ce dernier a été mis au point par l'Institut scientifique pour une nutrition intelligente (SIIN) et est destiné aux établissements gastronomiques et aux restaurants étoilés. L'objectif étant de garantir aux consommateurs l'utilisation de produits alimentaires favorables à leur bien-être et également respectueux de l'environnement. L'analyse du site a révélé, derrière un objectif louable de protection de la santé humaine et de l'environnement, davantage une communication commerciale et des lacunes sur le plan juridique.

Une information lacunaire

Tout d'abord, qui dit protection du consommateur dit information de ce dernier. En effet, toutes les législations régissant les sites Internet prévoient une réglementation stricte quant aux informations à fournir. Ainsi, chaque consommateur doit avoir la possibilité d'accéder, sans équivoque, à des informations correctes et utiles telles que l'adresse géographique de l'entreprise, le prix du bien ou du service, les modalités de paiement, le numéro d'entreprise, etc.

S'agissant de l'adresse géographique, celle-ci n'est pas présentée directement aux consommateurs ou aux entités désirant adhérer à ce label. Il faut en effet procéder à quelques fouilles avant de la trouver dans les conditions générales sous la rubrique "Vie privée". L'adresse géographique représente pourtant un gage de sérieux de la société qui permet à toutes personnes d'entrer en contact rapidement et directement avec la firme.

Un prix caché

Le prix est quant à lui indiqué de manière peu visible. Il n'est en effet accessible que sous un lien pdf et prévoit un montant de 750 EUR par an et gratuité la première année. L'offre serait alléchante pour autant que l'on soit informé de la durée de l'engagement et des possibilités de résiliation du contrat. Mais sur ce point, il n'existe aucune précision. L'exigence d'accès facile, direct et permanent aux informations essentielles est pour le moins remise en doute, ce qui ne manquerait pas d'induire les consommateurs en erreur.

Une pratique déloyale ?

Du côté des firmes non "labellisées", la loi relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur prévoit que l'absence de mention du numéro d'entreprise et d'un compte en banque est considérée comme un acte contraire aux pratiques honnêtes du marché dans la mesure où elle empêche les autres entreprises de vérifier si l'entreprise dispose effectivement d'un numéro d'entreprise et pour quelles activités elle est inscrite. Autrement dit, agissant de la sorte, l'Institut se livre en quelque sorte à une concurrence déloyale vis-à-vis des autres entreprises respectueuses de la législation.

Un cahier des charges inexistant

Interrogé, le responsable de l'Institut a déclaré sur les antennes de la RTBF que le cahier de charges qui reprend les conditions d'attribution du label n'était pas présent sur le site. Le seul document disponible se limitait à 2 pages de recommandations très générales.

Un label sans consistance

En conclusion et au vu de ces éléments, le CRIOC porte plainte auprès des pouvoirs publics contre l'Institut au motif que ce dernier ne respecte pas la réglementation belge et induit les consommateurs en erreur.

Une législation à adapter

Le CRIOC plaide en outre pour un assainissement des pratiques concernant les labels. En effet, la prolifération actuelle de nouveaux labels n'est pas gage de qualité car n'est pas label qui veut et une réglementation en la matière est, pour le moins, indispensable.

Droit de réponse du Docteur Olivier Coudron, responsable du S.I.I.N

En fin de semaine dernière, faisant suite au communiqué de presse du CRIOC « Label alimentaire Intelligent Nutrition : tout et n'importe quoi », le journal « Le Soir » a publié à la une l'article « Faut-il manger labellisé pour être en bonne santé ? » dénonçant le caractère non fondé, vide, marketing et purement commercial de la démarche « Intelligent Nutrition » et de son label I.N.®

Dans son communiqué de presse, le CRIOC affirme avoir mené des investigations pour arriver à étayer son point de vue. Or, jusqu’à ce jour, nous n’avons reçu aucune demande de renseignements, d'informations ou de documentations pouvant expliquer notre démarche. De la même façon, à aucun moment les responsables ou investigateurs du CRIOC n’ont pris contact avec le S.I.I.N. ou ses dirigeants, de façon à pouvoir se faire une opinion juste, documentée et objective.

De ce fait, le point de vue énoncé dans leur communiqué de presse ne repose sur aucun argument fondé et nous avons pu relever de très nombreuses erreurs et non-sens sur lesquels le S.I.I.N. souhaite réagir. Le S.I.I.N. prend donc position afin d’affirmer un démenti ferme, documenté et de rétablir une information plus objective auprès des journalistes et de leur public. Nous souhaitons ainsi soutenir également tous nos partenaires engagés dans cette démarche.

Aujourd'hui, le S.I.I.N. adresse un communiqué de presse à l'ensemble des journalistes belges et demande un droit de réponse auprès du journal « Le Soir » afin d'expliquer clairement à un plus grand nombre d'auditeurs et de lecteurs, en toute transparence et loyauté, les valeurs de l'institut S.I.I.N. et le cadre de la démarche « Intelligent Nutrition ».

Prendre connaissance du communiqué complet du droit de réponse du S.I.I.N (pdf).

SOURCE : S.I.I.N

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s