Label alimentaire Intelligent Nutrition : tout et n'importe quoi

lu 4472 fois

Depuis quelques années, les labels et autres mentions sur les produits alimentaires ont fait leur apparition. L'industrie agroalimentaire l'a bien compris : la santé fait vendre. Loin de s'arrêter là, aujourd'hui c'est au tour des établissements gastronomiques de vouloir participer et de profiter de cette si belle occasion. Ainsi, depuis 2010, le S.I.I.N. (Scientific Institute for Intelligent Nutrition) a décidé de mettre en place, dans la restauration, un label « Intelligent Nutrition » (IN). Ce label a pour objectif de garantir aux consommateurs l'utilisation de produits alimentaires favorables à leur bien-être et également respectueux de l'environnement. Le CRIOC a décidé quant à lui d'investiguer sur les propriétés réelles de ce label qui, in fine, se révèlent décevantes, si pas abusives.

En principe, ces labels sont développés afin d'instaurer un certain gage de qualité d'un produit ou d'un service, ce qui peut se révéler très intéressant pour les firmes ainsi que pour les consommateurs, pour autant que le label soit fiable et bénéficie d'une véritable reconnaissance du monde scientifique.

S'agissant du label IN, les arguments sous-jacents à cette initiative sont plutôt théoriques voire économiques tandis que la reconnaissance ainsi que le contrôle de ce label sont contestables.

L'Institut se décrit tout d'abord comme un "Institut scientifique indépendant" qui "informe, forme et agit pour une alimentation plaisir, santé et respectueuse d'un développement durable pour tous et dans tous les lieux de restauration (écoles, maisons de retraite, restaurants, hôtels, hôpitaux, etc.)". On remarque toutefois dans les faits que cet Institut Scientifique ne dispose d'aucune reconnaissance officielle.

Ensuite, il s'agit d'un label privé non contrôlé et sans processus de certification officielle.

Par ailleurs, si l'on se réfère aux conditions générales du site SIIN, celui-ci a pris la peine de se protéger contre toute éventualité. Ainsi, il s'exonère de toute responsabilité en cas d'erreurs, d'omissions ou de résultats qui pourraient être obtenus par un mauvais usage des recommandations émises par l'Institut.

L'institut SIIN n'est en outre tenu qu'à une obligation de moyens et même dans le cas où sa responsabilité serait engagée, le montant de l'indemnisation ne pourra en aucun cas dépasser 1.000 €. Si bien protégé, on peut émettre des doutes quant à l'efficacité réelle d'un tel label.

Enfin, s'agissant du cahier des charges, celui est ci est composé de deux pages uniquement aux caractères largement espacés alors que leur site internet mentionne expressément que le label IN n'est décerné qu'à des établissements qui adhèrent à un cahier de charges précis.

Or, les termes qui y sont utilisés restent vagues et manquent de sérieux. Ainsi, à titre d'exemple, les produits alimentaires qui pourront être référencés sont :

  1. toutes denrées alimentaires dont les modes de production entrent dans une démarche de nutrition raisonnée ;
  2. toutes denrées alimentaires dont les profils nutritionnels contribuent au respect des objectifs physiologiques respectueux de la santé humaine, dans le cadre des recommandations Intelligent Nutrition.

Encore une fois, il nous semble difficile de croire en l'application efficace d'un tel label par les établissements en question.

En guise de conclusion, le CRIOC pense que ce label relève davantage d'une communication marketing qui ne garantit aux consommateurs ni un profil nutritionnel favorable ni un impact positif pour l'environnement ou un développement durable.

SOURCE : OIVO-CRIOC

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s