La vitamine D, indispensable et encore prometteuse

lu 6736 fois

A quoi sert la vitamine D ? On connaît son rôle indispensable dans l’assimilation du calcium par l’organisme. On sait moins qu’elle favorise la régulation cellulaire ou la modulation de l’immunité. Et participe peut-être à la prévention de la plupart des maladies chroniques...

« La vitamine D, indispensable et encore prometteuse » - Crédit photo : www.7sur7.be Comprendre l’intérêt de la vitamine D, c’est d’abord penser à ce qui se passerait si elle n’était pas là ! C’est elle qui permet l’absorption du calcium par l’intestin en fonction des besoins : qu’ils soient liés à la croissance, à la minéralisation de la charpente osseuse ou encore à des situations comme la grossesse ou l’allaitement. La vitamine D aide à développer et à maintenir la minéralisation des os. Chez le tout-petit, la carence en vitamine D peut aboutir au rachitisme, une maladie du squelette qui atteint les zones osseuses à croissance rapide. Chez l’adulte, elle peut entraîner de la fatigue, des douleurs des os et des muscles, des tassements vertébraux, des fractures...

La vitamine D est aussi impliquée dans le maintien de la force musculaire. Moins connu est son rôle au niveau cellulaire. Des expériences montrent pourtant qu’elle empêche la prolifération de certaines lignées de cellules tumorales : ce qui suggère une activité potentiellement anti-cancer, en particulier vis-à-vis de certains cancers du sein et de l’intestin. La vitamine D participe aussi à la modulation des défenses immunitaires : sans elle, certains diabètes pourraient apparaître plus vite et être plus agressifs. Elle jouerait aussi un rôle dans le maintien de la pression sanguine et serait donc favorable sur le plan cardiovasculaire.

Enfin, récemment, une équipe de chercheurs a montré que les femmes âgées qui avaient un très bon statut en vitamine D avaient moins de risque d’être atteintes par des troubles de la statique pelvienne comme le prolapsus ou l’incontinence. Les besoins quotidiens de l’adulte en vitamine D sont estimés à 400 unités internationales par jour (UI/j). L’alimentation apporte entre 80 et 160 UI/j. La majeure partie de la vitamine D est en fait fabriquée par la peau, dans les couches profondes de l’épiderme, sous l’action des ultraviolets du soleil... à partir de pro-vitamine D3 dérivée elle même du cholestérol.

Mais en France, l’ensoleillement est efficace entre juin et octobre. Et son action peut aussi être limitée par la pollution, le port de vêtements, les crèmes solaires... Autrement dit, des suppléments ou des aliments enrichis en vitamine D sont parfois nécessaires, notamment chez les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes âgées, habituellement peu exposés au soleil. Il est en tout cas conseillé de prendre modérément et régulièrement le soleil quand il veut bien s’offrir à nous. Et de soigner son alimentation.

Les aliments les plus riches en vitamine D sont les poissons gras de mer, du type saumon. On en trouve aussi un peu dans le foie, les viandes, les œufs, le beurre. Mais la plupart des aliments en sont plutôt pauvres. C’est pourquoi l’ajout de vitamine D est autorisé dans certains aliments comme le lait et les produits laitiers. Ce qui peut être intéressant chez les végétariens et les personnes qui ne mangent pas de poisson...

(Cholé-Doc n° 117, janvier-février 2010. Obstetrics & Gynecology, volume 115, p. 795-803.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s