La vitamine C et le bêta-carotène permettraient de combattre la démence

lu 2764 fois

La vitamine C et le bêta-carotène peuvent-ils aider à nous protéger de la démence ? Selon une nouvelle recherche allemande, cela serait possible. Les scientifiques de l'université d'Ulm ont exploré l'effet des antioxydants sur la pathogénèse de la maladie d'Alzheimer.

Présentés dans la revue Journal of Alzheimer's Disease, les résultats indiquent qu'il est possible d'influencer la pathogénèse de ce trouble neurologique grâce à l'utilisation d'antioxydants alimentaires ou simplement grâce à un changement d'alimentation. L'étude a été en partie financée par le septième programme-cadre (7e PC) de l'UE.

La maladie d'Alzheimer a diagnostiquée chez environ 70 000 personnes en Allemagne. Les symptômes comprennent le manque d'orientation, le déclin cognitif et l'absence, déclenchés par les plaques bêta-amyloïdes, la dégénération des fibrilles et de perte de synapses. En évaluant 74 patients atteints d'Alzheimer et 158 sujets de contrôle sains de 65 à 90 ans, les chercheurs ont découvert que la concentration de sérum des antioxydants de vitamine C et de bêta-carotène est plus faible chez les patients atteints de faible démence que chez les personnes de contrôle. À noter que les sujets étaient associés par genre et par tranche d'âge. L'index de masse corporelle (IMC) des sujets a également été mesuré dans le cadre de l'étude, et des prélèvements de sang ont été réalisés.

Les chercheurs affirment que le stress oxydatif contribue au développement de la maladie d'Alzheimer. Le stress oxydatif contraint l'exploitation de l'oxygène chez l'homme. L'équipe pense que les antioxydants pourraient potentiellement protéger le corps contre une neurodégénération.

Pour leur étude, les scientifiques ont cherché si les taux de sérum de vitamine C, de vitamine E, de bêta-carotène, du lycopène et de la coenzyme Q10 étaient beaucoup plus faibles chez les patients atteints d'Alzheimer.

« Afin d'éventuellement influencer le déclenchement et le développement de la maladie d'Alzheimer, nous devons être conscients des facteurs de risque potentiels », affirmait le Dr Gabriele Nagel de l'université d'Ulm.

L'équipe a découvert que la concentration de vitamine C et de bêta-carotène dans le sérum des patients atteints d'Alzheimer était beaucoup plus inférieure que pour les sujets contrôle. Aucune différence de la sorte n'a été observée parmi les groupes par rapport aux autres antioxydants (vitamine E, lycopène et coenzyme Q10). Les chercheurs ont inclus des facteurs de confusion tels que l'IMC, le statut civil, le niveau d'éducation, et la consommation d'alcool et de tabac dans leur analyse statistique.

Ils ont découvert que le stockage et la préparation des aliments, et les facteurs des stress dans les vies des patients pouvaient avoir influencé les résultats. « Les études longitudinales avec davantage de participants sont nécessaires pour confirmer le résultat selon lequel la vitamine C et le bêta-carotène pourraient empêcher le déclenchement et le développement de la maladie d'Alzheimer », affirmait le Dr Nagel.

(Université d'Ulm - von Arnim, C.A.F. et al. 'Dietary Antioxidants and Dementia in a Population-Based Case-Control Study among Older People in South Germany', Journal of Alzheimer's disease. doi:10.3233/JAD-2012-120634.)

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s