La visfatine agit comme l'insuline

lu 5779 fois

Une équipe de chercheurs japonais a découvert que la graisse viscérale sécrète une hormone, la visfatine, qui agit comme l'insuline, qui fixe et active les récepteurs de l'insuline de manière non compétitive.

Le tissu adipeux synthétise et sécrète des protéines appelées adipokines ou adipo-cytokines (leptine, adiponectine, TNF alpha, résistine, adipsine). Ces hormones jouent des rôles importants dans l'homéostase métabolique : si leur production n'est pas correctement régulée, elles peuvent contribuer au syndrome métabolique et à l'athérosclérose.

Le Docteur lichiro Shimomura et ses collaborateurs (Université d'Osaka) ont cherché a identifié de nouvelles adipokines sécrétées préférentiellement par la graisse viscérale abdominale, dont l'accumulation est liée au syndrome métabolique, et donc expose au risque de diabète, d'accidents cardio-vasculaires...

En comparant la graisse sous-cutanée, ils ont identifié une molécule d'avantage exprimée dans la graisse viscérale : la visfatine ("vis" pour "viscéral", "fat" pour "graisse" en Anglais). Les chercheurs ont découvert que les concentrations sériques de la visfatine s'élèvent parallèlement à l'accumulation de graisse viscérale, et que cette hormone a un effet hypoglycémiant, même s'il est moins important que celui de l'insuline.

Enfin, ils ont observé que la visfatine se fixe au récepteur de l'insuline, sans compétition avec l'insuline (site de fixation différent), et active le récepteur et son signal. Ainsi, la visfatine pourrait être utile pour créer de nouveaux médicaments antidiabétiques et pour traiter les patients diabétiques résistant à l'insuline.

SOURCE : Nutritions & facteurs de risque

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s