La viande voit rouge !

lu 7824 fois

On connaissait déjà le lien entre une forte consommation de viande rouge et le risque de cancer du côlon. Or, il semble, selon une étude menée par l'Université de Californie à San Francisco, que la consommation de viande ait aussi une influence sur l’apparition d’un cancer de la prostate, a fortiori lorsqu’elle est bien cuite.

John Witte et ses collègues de l’Université de Californie ont découvert l’existence d’un lien entre la consommation de viande rouge et le risque de développer un cancer de la prostate. Les résultats de cet essais ont été publié dans la revue PLoS ONE en ligne.

L’étude menée entre 2001 et 2004 a porté sur 982 sujets : 470 hommes présentant un cancer agressif de la prostate et 512 témoins appariés ne souffrant pas de cancer prostatique. Tous les participants ont rempli des questionnaires permettant aux chercheurs d'évaluer non seulement leur consommation de viande au cours des 12 mois précédant l’étude, mais également le type de viande consommée ainsi que la façon dont elle avait été préparée, y compris le niveau cuisson (de bleu à bien cuit). Les participants ont été recrutés dans des cliniques et des hôpitaux majeurs de Cleveland dans l’Ohio.

Les chercheurs ont utilisé la base de données « CHARRED » de l'Institut national du cancer, qui contient les teneurs en substances mutagènes de chaque type de viande par type et mode de cuisson. Ces données, associées aux quantités de viande consommées rapportées par les répondants ont permis aux scientifiques d’estimer les niveaux de consommation des participants en substances potentiellement cancérigènes tels que les amines hétérocycliques (AHC) et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Par la suite, en utilisant des outils statistiques, ils ont analysé les données recueillies afin de voir s’il existait une association entre la consommation globale de viande et de grillades consommées, le niveau de cuisson et l’apparition d’un cancer de la prostate agressif.

Lors de l’analyse des résultats, les auteurs ont constaté que :

  • Une consommation plus élevée de viande hachée ou de viande transformée était positivement corrélée au cancer agressif de la prostate, avec un pic pour le boeuf haché;
  • La consommation de viande « bien cuite », grillée ou cuite au barbecue favorisait davantage le développement d’un cancer agressif de la prostate;
  • Les hommes qui mangeaient des niveaux élevés de bœuf haché bien ou très bien cuit présentaient deux fois plus de risque de développer un cancer agressif de la prostate par rapport aux hommes n’en consommant pas. Quant à ceux consommant de faibles quantités de viande hachée bien ou très bien cuite, leur risque était multiplié par 1,5.

Aucun lien ne pouvait être établi entre la consommation de boeuf haché saignant ou cuit à point et le développement d’un cancer de la prostate.

Si ces résultats sont confirmés par des études de plus grande ampleur, il serait alors préférable de limiter sa consommation de viande et plus spécifiquement de viande rouge et de viande hachée et de privilégier les cuissons « saignante » ou « à point » afin de limiter les risques de cancer de la prostate.

Rappelons qu’habituellement, il est recommandé de consommer de la viande rouge à raison de deux fois par semaine et de la viande hachée à raison d’une seule fois par semaine au grand maximum.

(Par Adrien Loreis, diététicien, d'après Punnen S, Hardin J, Cheng I. "Impact of Meat Consumption, Preparation, and Mutagens on Aggressive Prostate Cancer". PLoS One. 2011;6(11):e27711. Epub 2011 Nov 23)

SOURCE : Health and Food

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s