La transmission du plaisir et de la culture alimentaire Française au coeur des premières assises de la Fondation Nestlé France

lu 4449 fois

Alors que « le repas gastronomique des Français » vient d’être classé par l’UNESCO au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, les Premières Assises de la Fondation Nestlé France ont réuni jeudi dernier, en présence de Martial Rolland, PDG de Nestlé France et de la Fondation Nestlé France, plus de 300 invités autour du thème « Culture(s) Alimentaire(s) française(s) : l’actualité du plaisir ».

« La transmission du plaisir et de la culture alimentaire Française au coeur des premières assises de la Fondation Nestlé France » - Crédit photo : Alexandre Glouchkoff Présidées par Erik Orsenna et articulées autour de trois tables rondes (« Existe-t-il - encore - une culture alimentaire française ? » ; « Nouvelles représentations de la culture alimentaire » ; « Faut-il prendre en compte le plaisir dans les politiques de santé publique ? »), ces Assises ont également présenté les résultats d’un sondage exclusif sur « Les Français, le plaisir et l’alimentation », réalisé par Harris Interactive pour la Fondation Nestlé France.

Cette étude qui avait pour objectif d’identifier les ressorts du plaisir dans l’alimentation, a montré que plaisir et alimentation restent intimement liés pour les Français. Ainsi, manger est un plaisir pour 92% des personnes interrogées qui sont même 57% à en prendre "beaucoup".

Par ailleurs, 89% des Français considèrent que « le vrai moment d’échange dans la famille est lorsque celle-ci est réunie autour d’une table » et 78% des Français affirment que c’est « autour de la table que l’on partage les meilleurs moments de la journée ». Le partage, la convivialité et l’échange, valeurs consubstantielles de notre culture alimentaire française, sont ainsi mises à l’honneur.

Pour preuve, 78% des Français préfèrent manger avec d’autres personnes plutôt que seul (3%). Tout comme il leur semble incongru de se consacrer à d’autres activités : 96% préfèrent déjeuner ou dîner sans téléphoner, 88% sans consulter ses mails ou internet, et 84% sans lire le journal.

Et si la vitesse constitue l’une des caractéristiques de nos sociétés modernes, celle-ci ne qualifie pas l’idéal d’une « bonne » durée de repas. Un repas familial traditionnel devant durer, selon eux, un peu plus d’une heure et demi en moyenne.

De façon générale, les Français valorisent notre modèle alimentaire (56% estiment que la qualité de notre alimentation est meilleure que dans les autres pays) et souhaitent le transmettre à leurs enfants : bonnes manières à table (92%), passer du temps à table (79%), recettes de cuisine (62%).

Au cours de ces Assises, Érik Orsenna a remis quatre « Nids d’Or » 2010 à des associations et des collectivités locales pour récompenser leurs initiatives de terrain visant à développer les bonnes pratiques alimentaires dans quatre domaines : « Santé et nutrition », « Education et nutrition », « Plaisir, goût et nutrition », « Activité physique et nutrition ».

SOURCE : Fondation Nestlé France

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s