La Stévia est à nos portes

lu 5881 fois

Nous ne devrions plus attendre longtemps pour utiliser la stévia comme nouvel édulcorant de table. L’autorisation finale portant sur l’utilisation, au niveau européen, d’extraits de stévia (glycosides de stéviol) en tant qu’édulcorant devrait en effet être donnée par la Commission Européenne dans les jours prochains.

Originaire du Paraguay, la stévia (Stevia Rebaudiana) est une plante utilisée depuis de nombreux siècles notamment pour ses propriétés édulcorantes. D’ici quelques semaines, la firme Merisant, notamment connue pour son produit Canderel® commercialisera le premier édulcorant intense d’origine naturelle.

Sécurité d’emploi

De multiples instances et organismes internationaux ont décrété que la stévia pouvait être utilisée en toute sécurité comme édulcorant de table. En 2008 et 2009 déjà, le Comité Conjoint des Experts en Additifs Alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentaton et l’Agriculture et de l’Organisation Mondiale de la Santé, ainsi que la Food & Drug Administration aux Etatts-Unis, avaient conclu que les glycosides de stéviol purs (=95%) étaient sans risques pour la consommation humaine sous forme d’ingrédient médical jusqu’à une dose journalière admissible de 4 milligrammes par kilo de poids corporel.

En avril 2010, le Panel on Food Additive and Nutrient Source (ANS) de l’Autorité européenne de Sécurité des Aliments a en outre publié une étude scientifique favorable à l’utilisation des glycosides de steviols comme additifs alimentaires.

Intense, l’édulcorant !

Le potentiel des extraits de stévia est considérable quand on sait que leur pouvoir sucrant est 200 à 300 fois supérieur à celui du sucre, tout en restant parfaitement acalorique. De plus, le caractère naturel de la stévia devrait contribuer de façon non négligeable à son acceptation par les consommateurs.

Voilà donc un nouvel allié dans la lutte contre la surconsommation de sucre dont on connaît aujourd’hui la contribution au développement de maladies sociétales telles que l’obésité, le diabète de type 2 ou le syndrome métabolique.

(Par Alexandre Dereinne, diététicien, d'aprèsla la conférence de presse « Sweeter Livinf With Stevia ». Bruxelles. Octobre 2011 )

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s