La soupe, un aliment utile au contrôle du poids

lu 7316 fois

Les soupes toutes prêtes, au même titre que les soupes maison, participent au bon équilibre de notre alimentation. Elles sont de plus pratiques et peuvent contribuer aux apports en légumes tout en présentant des effets bénéfiques sur les sensations de rassasiement et de satiété, permettant de mieux contrôler la prise alimentaire.

Soupe et rassasiement

Le mécanisme du rassasiement et les possibilités d'influer sur ce paramètre pour limiter l'apport énergétique ont largement été étudiés. Une étude [1] menée en 1999 démontre d'ailleurs l'intérêt d'une précharge (prise alimentaire consommée 15 à 30 minutes, en moyenne, avant l'ingestion d'un repas) sous forme de soupe versus d'autres formes de précharges (solide, solide accompagnée d'eau) sur la sensation de rassasiement : elle entraîne une réduction de la prise énergétique au déjeuner, sans compensation au dîner.

Une étude récente, menée par les professeurs Flood et Rolls [2], a confirmé ces résultats. Dans cette étude, 5 déjeuners ont été servis à 60 sujets (un déjeuner par semaine). Ces déjeuners comprenaient une précharge, pouvant se présenter sous différentes formes (soupe de légumes en morceaux, soupe mixée, soupe mîxée et avec des morceaux, légumes et bouillon servis séparément), et un déjeuner 15 minutes après. La prise énergétique du repas était 20 % plus faible avec une précharge sous forme de soupe qu'après une précharge légumes et bouillons séparés. L'effet de la forme de la soupe n'a pas pu être mis en évidence dans cette étude.

Les effets de la soupe ont été démontrés à court terme. La littérature présente également des travaux sur ses effets à plus long terme, à savoir sur la sensation de satiété.

Soupe et satiété

Les aliments solides sont souvent considérés comme plus satiétogènes que les boissons. Cependant, malgré leur forte teneur en eau, les soupes présentent un bon pouvoir satiétogène.

Dans une étude [3] de 2005, Mattes a étudié l'effet de différentes précharges sur la sensation de satiété. La soupe et la précharge solide avaient toutes deux un bon pouvoir satiétogène. supérieur à celui d'une simple boisson. De plus, la prise énergétique totale de la journée avait tendance à être plus faible avec une précharge rapport aux journées avec une précharge solide ou sans précharge, confirmant de l'aliment.

Ces effets sur le rassasiement et la satiété nous permettent de conclure que la soupe est un aliment intéressant pour la gestion du poids.

Rassasiement et satiété : quelle différence ?

Rassasiement et satiété sont deux notions différentes, pouvant être définies comme suit :
  • Le rassasiement est la sensation qui s'installe au cours d'un repas, mettant un terme à la prise alimentaire,
  • La satiété, quant a elle, est définie comme l'absence de faim et correspond ainsi à la période entre deux prises alimentaires.

Les mangeurs de soupe sont plus minces

Si la soupe permet de contrôler la prise alimentaire à court terme, un lien entre la consommation de cet aliment et l'indice de masse corporelle semble également exister.

Les relevés de consommation de l'étude SU.VI.MAX (Supplémentation en vitamines et minéraux antioxydants) ont mis en évidence la corrélation inverse entre la consommation de soupe et l'IMC [4] :

  • La fréquence d'IMC supérieure à 27 était plus importante chez les non-consomrnateurs et les consommateurs occasionnels de soupe.
  • La fréquence d'IMC inférieure à 23 était plus importante chez les gros consommateurs de soupe.

Les soupes apparaissent donc comme des aliments à recommander dans le cadre d'un régime alimentaire équilibré et peuvent de plus être un allié dans le cadre de la perte de poids.

Quelques précisions sur l'IMC (Indice de Masse Corporelle) :

L'IMC se calcule de la façon suivante : IMC = poids (kg) / taille (m) x taille (m).

Pour être considéré comme "de poids normal", l'IMC doit être compris entre 18,5 et 25. Au-deçà de cette valeur, on parle d'insuffisance pondérale ; entre 25 et 30, de surpoids et au-delà de 30, d'obésité.

Sources et références :

  1. Rolls BJ., Bell EA., Thowart ML. Water incorporated into a food but not served with a food decreases energy intake in lean women, AM J Clin Nutr. 1999 Oct; 70(4) : 448-55
  2. Flood JE., Rolls BJ. Soup preloads in a variety of forms reduce meal energy intake. Appetite. 2007 Apr 14
  3. Mattes R. Soup and satiety. Physiol Behav. 2005 Jan 17; 83(5) : 739-47 Epub 2004 Nov 11
  4. Bertrais S., Galan P., Renault N. et al. Cunsumption of soup and nutritionnal intake in french adults : consequences for nutritionnal status. J Hum Nutr Diet. 2001 Apr; 14(2) : 121-8

(Dossier scientifique du Syndicat National des Fabricants de Bouillons et Potages - SNFBP)

SOURCE : SNFBP

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s