La société française serait-elle devenue « hygiéniste » ?

lu 2328 fois

C'est l'interrogation que pose La Croix au sujet de certaines mesures de santé publique jugées extrêmes, tel l'étiquetage des bouteilles avertissant les femmes enceintes des dangers de l'alcool ou la « guerre » contre le tabac.

Vouloir agir à la place des Français au nom du bien collectif pourrait constituer « une atteinte aux libertés individuelles » et tuer « l’art de vivre à la française », fustige Alain Chevalier, président du comité des viticulteurs de Côte-d’Or.

De son côté, Claude Got, l’un des cinq « sages » de la santé publique, s’insurge : « Le niveau de compétence de la population dans la gestion du risque est très directement lié à son niveau social et d’instruction.

Laisser les gens "tranquilles" au nom d’une prétendue liberté, c’est laisser les plus fragiles encore plus démunis face aux risques. Ce n’est pas pour rien que nous sommes le pays avec la plus forte différence d’espérance de vie entre les cadres et les ouvriers. »

(La Croix, 10/05)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s