La Société Française de Nutrition pour la mise en place rapide des mesures ministérielles concernant la suppression de la publicité télévisuelle pendant les programmes destinés aux enfants

lu 2802 fois

Dans le contexte actuel de la prévalence du surpoids et de l'obésité des enfants en France qui dépasse les 15% (USEN, InVS, International association for Obesity survey), la SFN (Société Française de Nutrition) soutient cette décision qui reprend les propositions du rapport de l'Afssa sur les Glucides (2003).

« La Société Française de Nutrition pour la mise en place rapide des mesures ministérielles concernant la suppression de la publicité télévisuelle pendant les programmes destinés aux enfants » - Crédit photo : © Joanna Zielinska - Fotolia.com Cette initiative rejoint également les principes de Sidney (2006) développés par l’International Obesity task force (IOTF) s’adressant aux promotions commerciales des aliments et boissons destinés aux enfants, en particulier tous les aliments et boisson riches en énergie et pauvres en nutriments, qualifiés d’obésogéniques.

La nouvelle règlementation européenne sur les profils nutritionnels, à laquelle la France a participé grâce aux experts rassemblés par l’Afssa, permettra de définir plus précisément les aliments à exclure de cette publicité. En s’appuyant sur le droit des enfants à une alimentation adéquate sur le plan de la sécurité et de la qualité nutritionnelle, l’IOTF indique que l’enfant, étant particulièrement vulnérable, la réglementation doit leur garantir un niveau élevé de protection et que cette réglementation doit s’appuyer sur une loi, l’autorégulation de l’industrie n’étant pas adaptée à cet objectif. Celle-ci, par le biais du règlement des profils nutritionnels, pourra s’adapter à cette loi en innovant sur des aliments de qualité.

En effet si l’on sait bien maintenant que l’obésité comporte une composante génétique, pour que ce génotype donne naissance à un phénotype d’obèse, il doit rencontrer un environnement obésogène. Par conséquent toute mesure visant à réduire cette probabilité est susceptible d’avoir un impact sur le développement de l’obésité, et les enfants sont les plus sensibles à cette sollicitation. Plusieurs travaux d’expertise collective démontrent en effet l’influence de la publicité sur les choix alimentaires immédiats des enfants : la Food Safety Agency au Royaume-Uni en 2003 (Does Food Promotion Influence Children? A Systematic Review of the Evidence), l’Institute of Medicine, USA, en 2006 (Food marketing to children and youth: threat or opportunity ?), et l’OMS également en 2006 (The extent, nature and effects of food promotion to children : a review of the evidence). A plus long terme, ce choix influencé par la télévision (et la publicité) peut, directement ou indirectement, participer à l’acquisition d’habitudes alimentaires défavorables.

La Société Française de Nutrition demande donc la mise en place rapide et efficace des mesures ministérielles envisagées pour réduire le risque d’obésité chez les enfants, en accord avec les positions d’instances internationales et celles du Plan National Nutrition Santé français (PNNS). Cependant, il sera bon d’évaluer l’étendue de la plage horaire concernée par ces mesures en fonction des courbes d’audience des enfants et des adolescents, pour que cette mesure prenne toute sa pertinence.

SOURCE : La Société Française de Nutrition

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s