La santé... par l'activité physique !

lu 3441 fois

Quel est l'intérêt de l'activité physique pour la santé ? Comment inciter jeunes et moins jeunes à pratiquer ? C'est le thème du dossier central du dernier numéro « La Santé de l'homme » publié par l'INPES dans lequel quinze experts présentent l'état des connaissances et pratiques innovantes en la matière.

En 2005, une conférence de consensus sur le thème « Activité physique et santé » a justement identifié les bonnes pratiques. Parmi les professionnels qui ont contribué à ce numéro, Christine Le Scanff, psychologue, explique quels sont les « ingrédients » à réunir pour engager durablement une personne dans la pratique d’une activité.

René Demeulemeester, médecin de santé publique, passe en revue les stratégies de promotion de l’activité physique qui ont fait leurs preuves dans le monde. Jean-Michel Oppert, professeur de nutrition, met en avant les effets sur la santé : au moins trente minutes d’activité modérée par jour sont associées à une diminution de 30% de la mortalité.

Sur le plan psychologique, le fait de s’adonner à une activité a un impact positif sur la qualité de vie, rappelle Anne Vuillemin, maître de conférences. Comme l’activité physique ne se décrète pas, la sociologue Claire Perrin souligne qu’il faut « donner du sens » à la pratique tout en prenant en compte les difficultés d’accès pour les populations défavorisées.

Mais inciter la population à se bouger ne suffit pas, la société se doit de créer un environnement plus favorable. Le Québec montre la voie en aménageant villes et écoles. En France (Bas-Rhin), plusieurs collèges expérimentent un dispositif d’incitation à l’activité physique dont les premiers résultats sont prometteurs. Autre initiative : le « pédibus » qui consiste pour les jeunes enfants à aller à l’école à pied en étant encadré par des adultes, etc.

Dans ce même numéro, présentation de l’Espace santé jeunes de Nanterre, une structure innovante de prévention et d’accueil pour les 12-25 ans : des professionnels pluridisciplinaires – psychologue, assistante sociale, médecin – y reçoivent gratuitement et de façon anonyme ceux qui échappent au circuit habituel du soin et du social. Ce numéro inclut également les résultats d’une étude sur la prévention des conduites addictives menée auprès de 40 lycées de la région Auvergne.

Pour en savoir plus découvrez le sommaire de « La Santé de l'homme n°387 »

(Communiqué de presse de l'INPES)

SOURCE : INPES

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s