La santé des intestins : une question d'équilibre

lu 7492 fois

Si vous pensez que les intestins ont un rôle purement digestif, vous pourriez avoir des surprises en découvrant que cet organe joue également un rôle important dans le système immunitaire. De surcroît, la microflore intestinale joue un rôle fondamental sur le fonctionnement des deux systèmes.

Il existe des centaines d’espèces de bactéries, qui sont pour la plupart situées dans le côlon. Le tractus gastrique est stérile à la naissance, mais voit rapidement le développement d’une microflore intestinale qui varie selon des facteurs tels que les circonstances de la naissance, la nutrition du bébé, l’utilisation des antibiotiques, le régime alimentaire ou l'âge.

Microflore et digestion

La fonction principale de l’intestin est l’absorption de l’eau et des nutriments. Le rôle spécifique de la microflore colique dans la digestion est de fermenter les substances fournies par l’alimentation, par exemple : les fibres alimentaires, qui ne peuvent être digérées dans l'intestin grêle. Cette fermentation produit entre autre de l’acide lactique et des acides gras à chaîne courte (acétique, proprionique ou butyrique). Ces derniers fournissent de l’énergie à la paroi du côlon, améliorent l'absorption de minéraux et influencent favorablement le métabolisme des lipides et des glucides dans le foie.

Microflore et fonction immunitaire

L’intestin peut agir dans le système de défense de trois manières principales. La première fait appel à la microflore résidente, qui protège des invasions bactériennes. Les mécanismes comprennent la compétition pour les nutriments et les sites d'accueil sur la paroi intestinale ainsi que la génération d'un environnement hostile aux agents pathogènes, comme par exemple un pH bas. En deuxième lieu, les cellules de la paroi intestinale ne se contentent pas d’absorber les nutriments, mais elles façonnent également une barrière de protection qui empêche la pénétration des substances nocives. Enfin, le système immunitaire des intestins est fait de cellules immunitaires spécialisées. Ces cellules immunitaires peuvent réagir selon leurs propres défenses innées tout en déclenchant la production d’anticorps, des protéines qui se lient spécifiquement à d’autres protéines appelées antigènes – dans ce cas l’agent pathogène invasif – pour le désactiver et en débarrasser le corps. Les bactéries de nos intestins communiquent avec les cellules du système immunitaire gastro-intestinal ainsi qu’avec le foie pour coordonner une réponse immunitaire aux antigènes alimentaires et aux micro-organismes pathogènes.

On constate donc que la microflore intestinale est essentielle pour assurer un fonctionnement optimal des mécanismes de protection. D’ailleurs, il est généralement admis qu’un déséquilibre des bactéries dans l’intestin peut être à l’origine d’un certain nombre de problèmes, dont le syndrome du côlon irritable, l’inflammation de l’intestin, le cancer du côlon ou la gastro-entérite. Des changements de régime ou l’utilisation d’antibiotiques peuvent avoir un effet négatif sur l’équilibre de la microflore intestinale. Ces éléments combinés peuvent déséquilibrer la microflore, les bactéries potentiellement bénéfiques telles que les lactobacilles et les bifidus perdant du terrain au profit de micro-organismes pathogènes, comme par exemple clostridium et entérocoques.

Plusieurs produits alimentaires ont été développés en vue de modifier la microflore intestinale pour une meilleure santé. Ils contiennent des probiotiques, prébiotiques et symbiotiques (une combinaison de probiotiques et de prébiotiques). De nombreuses études cliniques semblent prometteuses à cet égard.

Les probiotiques, comme par exemple les bactéries spécifiques de l’acide lactique, sont des micro-organismes vivants qui, ingérés en quantité suffisante, favorisent la santé de l’hôte au-delà de la nutrition de base. On les retrouve principalement dans les produits laitiers fermentés.

Les prébiotiques sont des composants alimentaires non digestibles qui appartiennent à la famille des fibres qui stimulent la croissance ou l’activité d’un certain nombre de micro-organismes de la flore intestinale, par exemple les espèces bifidus et/ou lactobacilles. On les retrouve dans certains aliments comme les oignons, les artichauts, les bananes, la chicorée, les poireaux, ou intégrés dans d’autres aliments tels que le pain ou les biscuits.

Il conviendrait d’approfondir ce domaine pour mieux comprendre l’importance de la microflore du côlon sur la santé. Cependant, les recherches semblent confirmer leur influence au niveau de la constipation, de la diarrhée, du système immunitaire, du cancer et de l’absorption de minéraux. Il est donc recommandable d’améliorer la microflore intestinale pour une meilleure santé.

SOURCE : EUFIC

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s