La santé des Français : des points de vue différents

lu 4219 fois

Dans le cadre de ses grands débats de la présidentielle, le quotidien « Le Figaro » a recueilli ce lundi et mardi les points de vue et contributions de quatre personnalités différentes, considérées comme « experts » à la question de la semaine : les français sont-ils en bonne santé ?

Jean-François Mattéi, président de la Croix-Rouge française, ancien ministre de la Santé sur la santé des Français, s'appuyant sur le fait que notre système de santé est l'un des meilleurs au monde considère que globalement les Français sont en bonne santé mais assure que la progression de l'obésité est inquiétante de même que l'augmentation du nombre de suicides et la consommation élevée de psychotropes.

Pour Jean-Paul Escande, professeur de médecine, auteur de l'« Antimanuel de médecine », la santé des Français est soumise à un paradoxe et il faut distinguer "santé publique" et "bien être individuel". Tout le travail de notre société réside dans le fait de "transmuter le progrès collectif indéniable en joie de vivre individuelle palpable".

Gérard Apfeldorfer, psychiatre à Paris, appartenant au groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids (GROS), s'inquiète de l'obésité et des troubles du comportement alimentaire qui gagne notre société. Il assure qu'accuser les médias et l'industrie agro-alimentaire c'est "confondre les symptômes et les causes". Le problème tient plus à "notre relation à notre corps, à notre conception de l'existence", il s'agit "d'un problème de civilisation".

Carine Milcent, chercheur du CNRS en économie de la santé à la Paris School of Economics et chercheur invité à l'Institut de la santé à Lausanne, s'intéresse, elle, au problème de la dégradation de notre système de santé que l'OMS a pourtant classé, en septembre 2006, en seconde position mondiale pour sa qualité. Le chercheur du CNRS considère que l'équité est un chantier auquel il va falloir s'attaquer dans les années à venir assurant qu'il est fort probable que les "différences de qualité des soins aient augmenté".

(Le Figaro, 05/03 et 06/03)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s