La Rythmonutrition, une réponse aux troubles associés aux régimes protéinés ?

lu 10738 fois

Une étude clinique réalisée par les Laboratoires Ysonut, en collaboration avec des médecins de ville et un praticien hospitalier spécialiste des Troubles du Comportement Alimentaire, le Professeur Daniel Rigaud, responsable du DU de Nutrition et Diététique de Dijon, montre qu’un régime associant un apport en précurseurs de neuromédiateurs à une diète protéinée permet une perte de poids plus efficace et plus durable.

« La Rythmonutrition, une réponse aux troubles associés aux régimes protéinés ? » - Crédit photo : BIENSÛR Santé Une amélioration de la qualité de vie (moins de troubles de l’humeur et du sommeil), une réduction des troubles du comportement alimentaire (moins de compulsions), une perte de poids significativement supérieure (+ de 20% chez les patients en surpoids sur une période de 3 mois), tels sont les résultats d’un régime associant diète protéinée et apports en précurseurs de neuromédiateurs (tyrosine, tryptophane) accompli dans le cadre de la « Rythmonutrition ».

Le surpoids, problème de santé multifactoriel

En France, 32% des femmes et 46% des hommes souffrent de surpoids. Le taux d’obésité pour les deux sexes s’élève à 11% de la population (selon la définition internationale de l’IOTF). Au total la prévalence du surpoids touche 32 % des français de plus de 18 ans.

Le surpoids est un problème de santé multifactoriel qui se caractérise par un stockage excessif de graisse dans le corps. Généralement, il résulte d’un déséquilibre entre une activité physique insuffisante et une alimentation trop riche en calories. Cependant, d’autres facteurs peuvent également influencer la prise de poids : hérédité, médicaments, facteurs hormonaux, arrêt du tabac, facteurs psychologiques et sociaux.

Les émotions peuvent également jouer un rôle important. Face aux situations de stress ou d’anxiété, manger avec excès peut constituer une réponse apaisante. Le manque de sommeil peut être aussi être facteur de gain de poids, la fatigue encourage également à manger plus et moins bien.

Certains régimes très restrictifs ou hypocaloriques n’apportent pas de réelle solution en matière de perte de poids. Ceux qui les suivent se plaignent souvent pendant et après le régime de troubles du comportement alimentaire, de l’humeur et du sommeil, facteurs d’échec. La survenue de ces troubles qui compromettent le maintien du poids idéal ou le succès des régimes est due à une carence en neuromédiateurs cérébraux (sérotonine, dopamine) qui régule l’humeur et de la satiété.

C’est ce constat qui a conduit les Laboratoires Ysonut à développé en 2007 une nouvelle approche de la nutrition fondée sur l’étude des rythmes biologiques, la Rythmonutrition. Cette approche globale associe diète protéique Proteifine et supplémentation en précurseurs de neuromédiateurs selon les principes chronobiologiques de la Rythmonutrition afin de contribuer au rétablissement d’un bon équilibre nutritionnel.

La chronobiologie est la science qui étudie le fonctionnement des rythmes biologiques, contrôlés par les "horloges biologiques", auxquels sont soumis les êtres vivants. La Rythmonutrition consiste à appliquer au domaine de la nutrition les connaissances de la chronobiologie, branche de la biologie qui étudie les rythmes selon lesquels fonctionnent les êtres vivants.

La rigueur scientifique de ce concept a été validée par les plus grands experts en chronobiologie nutritionnelle, micronutrition et troubles du comportement alimentaire lors du 1er Symposium International de Nutrition Ysonut organisé en collaboration avec l’iAso (international Association for the study of obesity), cet événement a permis une actualisation sans précédent des dernières recherches en matière de nutrition et santé, en présence de responsables de divers laboratoires et universités.

La carence en neuromédiateurs diminue l’efficacité des régimes à faible teneur calorique

Les personnes suivant un régime se plaignent souvent durant et après le régime, d’avoir moins d’énergie et de « craquer » trop souvent sur les aliments qui leur sont interdits. Au fil des semaines du régime, le stock des acides aminés précurseurs des neuromédiateurs, dopamine et sérotonine en tête, s’épuise, car c’est l’alimentation qui les procure.

La gestion des neuromédiateurs est donc primordiale dans le suivi d’un régime puisque la dopamine améliore la motivation et la capacité de réagir face au stress. La sérotonine, quant à elle, permet de retrouver une sérénité et réduit les frustrations et tendances compulsives.

Ces neuromédiateurs nécessitent un apport de précurseurs - la tyrosine et le tryptophane (qui permettent de les synthétiser) - et obéissent à un rythme biologique précis. L’utilisation de produits spécifiquement conçus pour réguler les niveaux de neuromédiateurs de l’humeur et de la satiété, permet d’éviter les sensations de manque, facilitant ainsi l’observance du régime dans la durée pour assurer un meilleur taux de réussite.

Diète proteinée et neuromédiateurs versus diète proteinée standard : une nouvelle étude clinique révélatrice

Cette étude a pour but de déterminer si, chez des personnes en surpoids prises en charge en ambulatoire par un régime protéiné associé à des neuromédiateurs dans le cadre de la Rythmonutrition est plus efficace que la diète protéinée classique dans la gestion du poids et mieux tolérée en terme d’humeur (état dépressif) et de comportement alimentaire.

C’est la première étude prospective contrôlée en double aveugle comparant ces deux régimes. Le traitement a duré 3 mois et a été suivi d’une période de 3 mois pour évaluer la pérennité des résultats. 110 patients ont été inclus en Espagne et en France dans cet essai randomisé en double aveugle.

Les résultats montrent une supériorité de la Rythmonutrition :

  • Le concept de la Rythmonutrition (association de la diète protéinée Protéifine à des neuromédiateurs) permet une prise en charge globale du patient prenant en compte tous les aspects physiopathologiques du surpoids et de l’obésité (métabolique, neuro-chimique, neuro-psychologique, chronobiologique).
  • La perte de poids est significativement supérieure dans le groupe avec neuromédiateurs : + 20% chez les patients en surpoids et + 30% chez les obèses sur une période de trois mois.
  • L’amélioration de la qualité de vie (troubles de l’humeur) et du comportement alimentaire est réelle chez les sujets en surpoids, et encore plus significative chez les sujets obèses.

La Rythmonutrition, un concept novateur pour une perte de poids efficace et durable

Selon l’approche chronobiologique de la Rythmonutrition, développée en 2007 par les Laboratoires Ysonut, c’est en apportant, aux moments clé de la journée, des protéines sélectives avec une concentration accrue d’acides aminés spécifiques que l’on offre aux personnes souhaitant perdre du poids les meilleures chances de succès.

Ce que nous enseigne la chronobiologie, c’est que les besoins de l’organisme varient selon le moment de la journée (matin ou soir), de la saison (hiver ou été), du cycle hormonal, et de l’ensemble des rythmes qui régulent son fonctionnement. La chronobiologie nutritionnelle est une adaptation qui consiste à tirer, à partir de ces données sur les rythmes qui régissent notre organisme, des règles en matière de nutrition :

  • Prendre les aliments au moment d’efficacité maximale selon les rythmes circadiens.
  • Respecter le rythme de 4 repas par jour à heures régulières afin d’éviter les troubles du comportement alimentaire (sensation de faim excessive, grignotage, addictions, etc.).
  • Faire attention aux interactions alimentaires pour optimiser l’absorption des nutriments que nous ingérons (fer et calcium, fer et vitamine C, etc.).

À partir des données les plus récentes de la chronobiologie nutritionnelle, la Rythmonutrition® permet d’établir les apports macronutritionnels (glucides, lipides, protéines) et micronutritionnels (vitamines, minéraux, magnésium, acides aminés, calcium, fer, probiotiques,etc.) optimaux tout au long de la journée en fonction des rythmes biologiques.

(Par Alexandre Glouchkoff, diététicien nutritionniste, d'après des informations fournies par Les Laboratoires Ysonut - Conflit d'intérêt : Aucun)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s