La prévention du diabète passe par des changements du mode de vie

lu 4418 fois

Des chercheurs et cliniciens financés par l'UE se sont directement attaqués au diabète, et il semblerait qu'ils remportent le combat. Les partenaires du projet IMAGE (« Development and implementation of a European guideline and training standards for diabetes prevention ») ont développé la première stratégie paneuropéenne pour la prévention de cette maladie, qui refuse de disparaître. IMAGE a reçu un soutien financier de 1,2 million d'euros de la direction générale (DG) de la santé et des consommateurs de la Commission européenne.

« La prévention du diabète passe par des changements du mode de vie » Selon les experts, le nombre de cas de diabète passera de 53,2 à 64,1 millions dans les 15 années à venir, soit une augmentation de plus de 20%. Il est d'autant plus inquiétant de constater que 10% de la population âgée de 20 à 79 ans sera atteinte de diabète d'ici 2030. Le diabète n'est plus l'apanage des personnes âgées; aujourd'hui, il touche également des adolescents et de jeunes enfants. En réponse aux inquiétudes croissantes face aux impacts de la montée en flèche des taux de diabète, l'UE est déterminée à prendre des mesures en mettant en oeuvre des programmes de prévention contre le diabète de type 2.

De nombreux modèles de prévention ont été proposés, mais ils n'ont pas répondu aux attentes. C'est pourquoi IMAGE s'attaque à ce problème. Avec comme principal objectif le développement de meilleures mesures de prévention du diabète de type 2 en Europe, les partenaires d'IMAGE ont proposé des recommandations fondées sur les preuves relatives à la façon d'arrêter l'expansion rapide du diabète de type 2.

Certaines recommandations conseillaient de changer de régime alimentaire et d'augmenter l'activité physique; elles insistaient également sur l'importance de définir et d'identifier les personnes à haut risque susceptibles de développer la maladie. D'après l'équipe, il a été prouvé récemment qu'une perte de poids de 5% et 150 minutes d'activité physique modérée par semaine pouvaient nous éviter de développer un diabète. Parmi les autres constatations des plus remarquables, citons l'arrêt de la progression du diabète de type 2 lorsque les patients modifiaient quatre habitudes sur cinq dans leur mode de vie.

Les partenaires d'IMAGE ont présenté leurs recommandations le 9 avril lors du sixième congrès mondial sur la prévention du diabète et ses complications, qui a lieu à Dresde, en Allemagne. Le consortium d'IMAGE, dirigé par l'université de technologie de Dresde, est composé de divers spécialistes et notamment des experts en santé et politique publiques, des chercheurs du domaine de la santé, des scientifiques du comportement, des épidémiologistes et des généralistes de 20 pays d'Europe.

« La prévention basée sur des modifications au niveau du mode de vie chez les personnes à haut risque est rentable et devrait être intégrée dans les modèles de soins en cours d'évaluation », lit-on dans les recommandations d'IMAGE. « Des plans de prévention efficaces sont prévus par des initiatives gouvernementales durables comprenant la défense, le soutien communautaire, les changements fiscaux et législatifs, l'engagement du secteur privé et la communication continue dans les médias. »

IMAGE offre également un guide pratique sur la façon de développer des programmes réellement efficaces de prévention du diabète. Intitulé « Take Action to Prevent Diabetes - the IMAGE Toolkit for the Prevention of Type 2 Diabetes in Europe », le guide décrit toute une gamme d'activités pour les adultes susceptibles de développer un diabète. Cet outil explique notamment pourquoi c'est le moment d'agir; la façon de soutenir un changement de comportement, l'évaluation et l'assurance qualité; et la façon de préparer un budget et de financer un programme de prévention.

Évoquant le guide, le Dr Colin Greaves, du Peninsula College of Medicine & Dentistry des universités d'Exeter & de Plymouth au Royaume-Uni, déclarait: « Si les politiciens et les fournisseurs de soins de santé utilisaient ces informations pour développer des stratégies nationales pour la prévention du diabète de type 2, nous ferions un immense pas en avant dans la politique de la santé partout dans la région. »

« Les interventions concernant le mode de vie se sont révélées fructueuses et les éventuelles économies vis-à-vis des soins de santé sont considérables. Si l'on met en oeuvre des programmes de qualité basés sur les directives d'IMAGE pour encourager le changement de mode de vie chez les personnes à risque, la fréquence du diabète de type 2 pourrait être réduite de moitié. »

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : © Communautés européennes, 2010

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s