La nutrition moléculaire pour lutter contre l'obésité

lu 5784 fois

Le Pr Johan Auwerx, de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse), lauréat 2009 du Prix International de Nutrition Danone, s'intéresse à la nutrition à l'échelle de la cellule, voire à celle de la molécule. On parle ainsi de nutrition moléculaire. Le scientifique vient de présenter les résultats de ses travaux à l'occasion des XVIIIe Rencontres Scientifiques de Nutrition organisées par l'Institut Danone.

« La nutrition moléculaire pour lutter contre l’obésité - Crédit photo : www.prweb.com Le chercheur d’origine belge Johan Auwerx, de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse), lauréat 2009 du Prix International de Nutrition Danone, vient ouvrir la matinée de conférences des XVIIIe Rencontres Scientifiques de Nutrition par une présentation de ses travaux. A savoir ses découvertes sur les mécanismes par lesquels certains nutriments "communiquent" avec nos cellules, leur donnant des ordres, un peu comme le font les hormones. Les travaux de Johan Auwerx s’intéressent plus particulièrement aux mécanismes de déstockage des graisses du tissu adipeux.

Une découverte "de poids" qui ouvre la voie à de nouvelles stratégies préventives et thérapeutiques pour lutter contre l’obésité et les maladies cardiométaboliques [1], telles que le diabète de type 2 et l’hypertension.

Du resvératrol pour brûler les graisses

Un exemple concret d’application de cette découverte ? L’effet sur les réserves lipidiques du resvératrol, un polyphénol naturellement présent dans le raisin et le vin, et impliqué dans le fameux French Paradox. Lorsque l’on consomme du resvératrol, l’organisme se met à brûler ses réserves, et donc le tissu adipeux. "Néanmoins, les concentrations des produits naturels sont très faibles, trop faibles pour induire des résultats visibles sur l’obésité, précise le chercheur. Nous avons donc travaillé au développement d’une molécule de synthèse et d’une gélule très concentrée en cette molécule."

Les applications des découvertes de Johan Auwerx ne se limitent pas aux seuls médicaments : "Aujourd’hui, nous sommes en train de passer d’une logique curative médicamenteuse à une logique préventive via les aliments. Une bonne nouvelle car, quand l’obésité est installée, il est souvent trop tard. Nous travaillons donc de plus en plus souvent avec l’agroalimentaire, avec l’objectif d’avoir un impact en terme de santé publique."

La vitamine B3 à la loupe

Outre le renom de la distinction, reconnue aujourd’hui comme la plus prestigieuse dans le domaine de la nutrition, le Prix International de Nutrition Danone s’accompagne d’une dotation de 120 000 euros. "Cette dotation va nous permettre de poursuivre nos travaux de recherche, explique le Professeur Auwerx. Je pense notamment travailler sur la vitamine B3, connue depuis longtemps pour ses effets bénéfiques vis-à-vis de l’obésité. J’ai de grands espoirs quant à cette molécule qui pourrait se révéler encore plus intéressante que le resvératrol, car elle suppose des concentrations inférieures pour lutter efficacement contre l’obésité."

A propos du Pr Johan Auwerx

D’origine belge, le Pr Johan Auwerx a suivi des études de médecine de 1978 à 1982 auprès de l’Université catholique de Leuven (Katholieke Universiteit Leuven), en Belgique. Il continue ensuite de fréquenter cette même université pour y travailler en endocrinologie moléculaire, puis rejoint les Etats-Unis (Université de Washington). En 1989, il s’intéresse à la biologie moléculaire au sein du Laboratoire de Génétique Moléculaire des Eucaryotes (Strasbourg). En 1990, il décroche un doctorat de philosophie sur la régulation des gènes impliqués dans le métabolisme lipidique des macrophages.

Sa carrière de chercheur se poursuit auprès de différentes institutions, notamment en France : il devient en 1991 directeur de recherche au CNRS, à l’Institut Pasteur de Lille, avant de décrocher en 1999 un poste équivalent, toujours au sein du CNRS, mais à l’Institut de Génétique et Biologie Moléculaire et Cellulaire d’Illkirch. En 2003, il est nommé Professeur de médecine à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Aujourd’hui, il est professeur au sein de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse).

Notes :

  1. Maladies cardiométaboliques : Ensemble constitué des maladies cardiovasculaires et des maladies métaboliques (dyslipidémies, surpoids, obésité, insulino-résistance, diabète de type 2, hypertension) qui favorisent le développement de l’athérosclérose et des maladies cardiovasculaires. Source : www.fondacoeur.com, site de la Fondation Coeur et Artères.

(D’après la conférence « Comment l’environnement et les nutriments interagissent avec les cellules pour une meilleure adaptation métabolique » par le Pr. Johan AUWERX, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse. Lauréat du Prix International de Nutrition Danone 2009.)

SOURCE : XVIIIèmes Rencontres scientifiques de nutrition de l’Institut Danone

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s