La junk food rend « addict »

lu 7674 fois

Prenez trois groupes de rats de laboratoire. Chaque jour, nourrissez le premier groupe avec une alimentation saine et équilibrée. Autorisez le deuxième groupe à accéder une heure par jour à des aliments riches en calories : gâteaux, bacon, saucisses, etc. Et laissez le 3ème groupe avoir accès librement à tous ces aliments 24 heures sur 24. Que se passe-t-il ?

La junk food rend « addict »  - Crédit photo : © Nikolay Suslov | istockphoto.com Sans grande surprise, le 3ème groupe exagère de plus en plus, développe une véritable compulsion pour la nourriture et grossit à vue d’oeil. L’homme n’est pas le rat, omnivore comme nous, mais la société moderne le place dans des conditions comparables : aliments gras/sucrés largement disponibles, sollicitations permanentes des fast-food, sandwicheries et autres distributeurs de snacks... Et l’homme comme le rat possèdent un circuit cérébral de la récompense, qui peut le pousser à manger toujours plus pour obtenir le même degré de satisfaction.

Dans l’expérimentation menée avec les rats, les chercheurs observent une augmentation des taux de dopamine, un neurotransmetteur cérébral impliqué dans ce circuit du plaisir. Nombre de drogues ou de substances psychoactives peuvent augmenter les taux de dopamine. Et il semblerait bien que la junk food puisse créer une sorte de dépendance chez le rat... Chez l’homme, plusieurs travaux scientifiques ont signalé des liens entre dopamine, boulimie et obésité. L’alimentation « à volonté » serait-elle une nouvelle toxicomanie ?

(Nature Neuroscience, volume 13, p. 635-641.)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s