La guerre de la vodka n'aura pas lieu

lu 4751 fois

Quelle vodka buvez-vous le plus volontiers ? Celle que l'on obtient après distillation de céréales ou de pommes de terre, ou plutôt la vodka à base de betterave, raisins ou autre fruit ? Et dans quel cas peut-on parler de vraie vodka ? Voilà la question qui divise les producteurs européens, au point que l'on parle de véritable « guerre de la vodka ». Une guerre qui pourrait trouver une issue pacifique, grâce à un savoureux cocktail de compromis, proposé cette semaine par les députés européens.

« La guerre de la vodka n’aura pas lieu » Le rapport du député Horst Schnellhardt sur les boissons spiritueuses, adopté hier en commission Environnement, pourrait réconcilier tous les pays producteurs du célèbre alcool. Il traite spécifiquement de la « vodka » et de son appellation.

La vodka, dont le nom provient du mot « eau » en langues slaves, est apparue au 15ème siècle en Russie et en Pologne. Elle peut être produite à partir de tout produit agricole qui fermente - la fermentation est ensuite distillée en alcool, et de l’eau y est ajoutée. Le produit de base varie selon les pays : par exemple en Pologne, la vodka est faite à base de pommes de terre ou de seigle, en Finlande d’orge, en Suède de blé, et dans d’autres pays européens, de raisins ou de betterave.

La vodka, pour l’amour du goût... et pas seulement

Et c’est bien là ce qui oppose les pays ayant une forte tradition de production de vodka (comme la Pologne, la Suède, la Finlande, ou les pays baltes) et les autres. Pour le premier groupe de pays, les « traditionnalistes », la vodka ne peut être produite qu’à partir des céréales, des pommes de terre ou de la mélasse de betterave. Des ingrédients qui déterminent le goût de la vodka, facilement identifiable. Pour le second groupe d’Etats, les ingrédients n’affectent pas le goût de la vodka : pourquoi alors ne pas utiliser des fruits pour la produire ?

En fait, derrière ce débat se cache un enjeu économique et financier gigantesque : les ventes annuelles de vodka s’élèvent à 4,5 milliards de litres, soit quelques 12 milliards de dollars ! Les plus gros producteurs sont aussi les plus gros consommateurs : au sein de l’Union Européenne (UE), la Pologne, les pays scandinaves et les pays baltes comptent pour 70% de la production, et 64% de la consommation européenne. Au niveau mondial, c’est la Russie qui remporte la palme de la vodka, en absorbant 57% de la consommation totale.

Une législation enivrante sur les spiritueux

Depuis des années, plusieurs Etats-membres de l’UE (comme la Finlande, la Suède ou la Grande-Bretagne) demandent une révision de la législation en vigueur sur les boissons spiritueuses, qui date de 1989. L’absence d’une définition claire sur la vodka est pour eux la preuve des manquements de cette législation.

En décembre 2005, la Commission européenne a donc présenté une proposition d’harmonisation des règles sur la définition, présentation et labellisation des spiritueux. Une proposition sur laquelle se prononce actuellement le Parlement.

Et les membres de la commission Environnement du Parlement ont, semble-t-il, trouvé un juste compromis, acceptable pour tous les producteurs. Selon le rapport Schnellhardt, si la vodka est produite à base de céréales, pommes de terre ou de mélasse, l’étiquette sur la bouteille pourra indiquer « vodka ». Si d’autres ingrédients sont utilisés, alors elle devra indiquer « vodka produite à partir de... », avec le nom du produit agricole utilisé.

Une solution acceptable aussi pour les Etats-membres ? Le rapport devrait être définitivement adopté en session plénière par l’ensemble des députés au mois de mars prochain, puis les représentants des gouvernements nationaux auront à se prononcer. De l’éventuelle distillation du rapport en plénière dépendra donc l’adoption d’une éventuelle position commune, lors de la première dégustation au Conseil.

Plus d’infos en cliquant ici sur la législation actuelle sur les boissons spiritueuses

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s