La grippe aviaire arrive en France

lu 2949 fois

La presse accorde, aujourd'hui, un large écho au cas de H5N1, diagnostiqué sur un canard de l'Ain. La France est aujourd'hui le sixième pays européen à être touché par le virus de la grippe aviaire. Aucun élevage n'a été contaminé, mais la consommation française de volailles a déjà flanché de 15 % depuis le début de l'année.

Pourtant, comparé à l’Italie où la psychose du H5N1 a sinistré 70 % du marché de la viande à plume, les consommateurs français ne semblent pas céder à la panique, même si leur quête d’information est brûlante : le numéro vert mis en service par le gouvernement reçoit 3 000 appels par jour.

Des compensations financières supplémentaires vont être annoncées pour pallier les conséquences économiques de la grippe aviaire chez les éleveurs. Ce dernier établit le distinguo entre santé animale (menacée) et santé humaine (non exposée). En effet, différents acteurs politiques et sanitaires rappellent que le virus s’attrape exclusivement par les voies respiratoires, non en ingérant la chair des volailles, et que H5N1 n’a pas encore muté.

Paris a arrêté des mesures plus sévères que ses voisins contre le virus; l’éditorialiste du Figaro présente l’Hexagone comme le pays européen qui s’est le mieux préparé à affronter l’épizootie. Des scénarios-catastrophe ont néanmoins été élaborés, les pires avertissant que 9 à 21 millions de Français pourraient être victimes de cette grippe. Suite à l’appel d'offres lancé par le gouvernement sur les vaccins vétérinaires, ceux de Wyeth et d’Akzo Nobel ont été retenus.

(Le Quotidien du Médecin, 17/02. Libération, 18/02. Aujourd'hui, 18 et 20/02. Le Figaro, La Tribune, Les Échos, 20/02)

En savoir plus : le point sur la grippe aviaire avec l'Afssa.

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s