La France est le deuxième pays « où l’on mange le mieux »

lu 1371 fois

La France est le deuxième pays « où l’on mange le mieux »

L’alimentation est-elle suffisante ? La population a-t-elle les moyens de s’acheter à manger ? L’alimentation est-elle de qualité ? Quelles sont les conséquences d’une mauvaise hygiène alimentaire sur la santé ? Oxfam, confédération internationale vouée à la coopération et à la solidarité entre les pays et composée de 17 organisations non gouvernementales (ONG), a cherché réponse à ces quatre questions dans 125 pays du monde. Au milieu des pays riches, la France est n°2 de l'alimentation dans le monde...

Les taux de personnes sous-alimentées et l’insuffisance pondérale chez les enfants. Le niveau de prix des denrées alimentaires et la volatilité des prix. La diversité de l’alimentation et l’accès à l’eau potable. Enfin, les taux d’obésité et de diabète. En combinant tous ces critères, la confédération OXFAM a pu établir un classement des pays du monde. Les Pays-Bas arrivent en tête, grâce surtout à leurs prix alimentaires, à la variété de l’alimentation et au faible taux de diabète de la population (alors que l’obésité concerne tout de même un Hollandais sur cinq). Ensuite viennent, à égalité, la France et la Suisse. Puis l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la Suède, l’Australie (en dépit d’un taux d’obésité élevé), l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg et le Portugal.

Ni les Etats-Unis ni le Royaume-Uni ne sont dans les premiers

Ces douze premiers pays ont les taux de malnutrition et de sous-alimentation les plus faibles. Mais les taux d’obésité restent élevés, le record étant battu par l’Australie (qui cumule avec le diabète). Un handicap qui pèse lourdement pour les Etats-Unis et le Royaume-Uni : ils ne sont pas dans les douze premiers. Alors que les Etats-Unis sont au premier rang des pays les moins chers, les prix élevés de l’alimentation font aussi reculer le Royaume-Uni. Il se retrouve au 13e rang, en compagnie de Chypre (où l’alimentation est également très chère), de la Finlande, de l’Allemagne, de la Grèce, de l’Islande, de la Norvège et de l’Espagne.

En toute fin de classement, on trouve le Tchad, pays où l’alimentation est coûteuse et de peu de valeur nutritionnelle. Le niveau d’hygiène y est faible. Un enfant sur trois est de poids insuffisant… L’Ethiopie et l’Angola sont classés juste avant. En Angola, du fait des prix élevés des denrées, on constate que les habitants les plus pauvres du monde consacrent jusqu’à 75 % de leurs revenus à l’alimentation. Environ 60 % du régime alimentaire repose sur les glucides simples. La moitié de la population n’a aucun accès à l’eau potable, ce qui ne permet pas de préparer les repas dans des conditions sûres et hygiéniques. Parmi les dix pays les plus mal classés, on trouve neuf pays subsahariens et le Yémen.

Sous-alimentation, mauvaise hygiène alimentaire, obésité…

Le Burundi détient le record de la sous-alimentation : 67 % de la population est sous-alimentée et 35 % des enfants ont un poids insuffisant. Au Yémen, respectivement 29 % de la population et 43 % des enfants. A Madagascar, les chiffres sont de 27 % et 37 %. En Inde, 17 % et 44 %...

Pour ce qu’on appelle l’hygiène alimentaire, l’Arabie saoudite fait le moins bon score, avec 18 % de cas de diabète et une personne obèse sur trois. Pour l’obésité, elle est en compagnie des Etats-Unis et de l’Egypte, mais le record est obtenu par le Koweït, avec 42 % d’obèses ! L’obésité n’épargne pas les pays en développement comme le Mexique, Fidji ou le Venezuela. Au total, 904 millions d’adultes et plus de 30 millions d’enfants sont en excès de poids dans les pays en développement. Contre respectivement 557 millions d’adultes et 10 millions d’enfants dans les pays développés.

Les plus faibles taux d’obésité sont observés en Ethiopie et au Bangladesh (1,1 %) – ce qui étonnera moins - et au Népal (1,4 %). Concernant les seuls critères obésité + diabète, le Cambodge est le pays le plus performant, mais la faible disponibilité des denrées alimentaires y est pour quelque chose : 15,4 % de la population est sous-alimentée et 29 % des enfants ont un poids insuffisant. Si l’on combine les critères de santé et de niveau d’alimentation, la Corée du Sud et le Japon obtiennent les meilleurs résultats.

840 millions ne mangent pas à leur faim

Mais d’après les chiffres publiés par Oxfam, plus de 840 millions de personnes dans le monde ne mangent pas à leur faim. Une personne sur huit se couche chaque soir le ventre vide. La production agricole mondiale pourrait suffire à nourrir toute l’humanité si la surconsommation, le mauvais usage des ressources et le gaspillage n’y faisaient pas obstacle. A cela s’ajoutent la raréfaction prochaine des ressources naturelles (terre et eau) et l’accélération du changement climatique, qui pourraient augmenter de 10 à 20 % la population mondiale en situation d’insécurité alimentaire.

Parmi les mesures à prendre, Oxfam préconise notamment d’investir dans l’agriculture et l’infrastructure à petite échelle dans les pays en développement. De traiter les problèmes liés au changement climatique. D’améliorer le droit foncier. De lutter contre l’obésité. Et contre la spéculation sur les denrées alimentaires…

(Oxfam*. « La situation alimentaire dans le monde. Dans quels pays mange-t-on le mieux et le moins bien ? » Note d’information aux médias 01/2014)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s