La France à table : peut mieux faire !

lu 3330 fois

Troisième vague d’une enquête déjà réalisée en 1996 et 2002, le Baromètre santé nutrition 2008 de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) analyse les comportements alimentaires des Français, près de 5000 personnes de 12 à 75 ans. De bonnes nouvelles, mais aussi des progrès à faire...

« La France à table : peut mieux faire ! » - Crédit photo : © Shadowdesign_info | Dreamstime.com Pour plus d’un quart des interviewés, manger évoque en premier lieu le plaisir. Pour 9 d’entre eux sur 10, faire la cuisine est synonyme d’alimentation saine et de convivialité. Et 8 sur 10 déclarent manger équilibré. Le modèle alimentaire traditionnel résiste, avec 3 repas par jour. Le grignotage est en baisse, avec 5 % d’adeptes (8% chez les 12-18 ans contre 13 % en 2002). Si les repas tendent à se simplifier, ils sont pris 9 fois sur 10 à domicile pour le petit déjeuner et le dîner, et 2 fois sur 3 pour le déjeuner : 56 % des personnes qui travaillent déjeunent à la maison. Les repas restent des moments de convivialité : 84 % des Français dînent en famille ou avec d’autres personnes et 77 % déjeunent aussi en compagnie.

La consommation de féculents (recommandée à chaque repas) est satisfaisante pour 70 % des Français, même si seulement 10 % d’entre eux connaissent cette recommandation du Programme national nutrition santé (PNNS). De même, pour la viande, les oeufs et les produits de la mer, 82 % observent le repère du PNNS (« 1 à 2 fois par jour »), qu’ils sont en fait 63 % à connaître. Enfin, la baisse de la consommation d’alcool se confirme.

La connaissance du repère nutritionnel sur les fruits et légumes (« 5 par jour ») a aussi progressé : 2, 5 % des Français le connaissaient en 2002, 28 % en 2008. Mais le repère n’est respecté que par 12 % des personnes interrogées. Les femmes font un peu mieux que les hommes (13 % contre à peine 11 %) et les 55-75 ans mieux que les moins de 55 ans : 22,5 % contre à peine 8 %.

La consommation des produits laitiers reste insuffisante. La connaissance du repère « trois produits laitiers par jour » progresse : elle est passée de 18 % à 24 % entre 2002 et 2008. Mais un quart des Français seulement déclarent avoir consommé les trois produits laitiers recommandés, un pourcentage en légère diminution depuis 2002. La baisse est particulièrement nette chez les jeunes filles de 12-17 ans. En 2002, 50 % d’entre elles consommaient le nombre de produits laitiers recommandés pour leur âge. En 2008, elles n’étaient plus qu’à peine 40 % ! Un sujet d’inquiétude, à ces âges où les apports de calcium sont indispensables à la croissance et à la solidité osseuse.

D’autre part, la consommation de boissons sucrées a augmenté : 19 % en 2002, 22 % en 2008. Les 12-17 ans sont les plus accros (36 %), surtout les garçons et les jeunes adultes de 18-34 ans. De plus, 58 % des Français ont un niveau d’activité physique insuffisant. Le Baromètre évoque enfin les 2,5 % de Français qui déclarent « ne pas avoir toujours assez à manger ». Ils font moins de repas par jour, ont une alimentation moins diversifiée, avec plus de boissons sucrées et de plats tout prêts. Mais qu’ils soient relativement bien ou mal nourris, les Français évoquent de plus en plus le prix comme critère limitant les achats alimentaires.

(Baromètre santé nutrition 2008. www.inpes.fr)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s