La ferveur des antioxydants du thé

lu 4325 fois

Découverte en Chine il y a cinq millénaires, le thé est la boisson la plus bue dans le monde après l'eau. Le thé fait l'objet de nouvelles découvertes scientifiques qui viennent confirmer ses bienfaits, dus notamment à ses composants naturels que sont les antioxydants.

« La ferveur des antioxydants du thé » Les thés noirs, vert, blanc et oolong sont tous issus des feuilles de la plante Camellia Sinensis et sont de puissant réservoir d’antioxydants. Ces derniers présents tant dans les fruits, les légumes et certaines boissons comme le jus de raisin, le vin et le thé sont connus pour leur pouvoir de neutralisation des radicaux libres. Plus de 4000 flavonoïdes différents sont actuellement identifiés.

Source au sommet

Une réunion de l’American Dietetic Association en mai 2005 a montré que le thé était la principale source de flavonoïdes dans le régime alimentaire des Américains, avec près de 55% de l’apport quotidien en flavonoïdes. Le Michigan State University estime à un total de 24 le nombre de flavonoïdes présents dans le régime alimentaire des Américains, dont les plus importants sont par ordre décroissant les favanols, les flavonols, les flavones, les anthocyanes et les isoflavones.

Aux Etats-Unis, on estime l’apport total en flavonoïdes à 130-140mg/jour. Une tasse de thé noir d’une capacité de 200ml contiendrait jusqu’à 136mg de flavonoïdes. Le thé noir représente la principale source de flavonoïdes avec 50 à 80 % de l’apport total. En effet, on trouve 90 à 110 mg de catéchines dans 200 ml de thé vert et entre 130 et 140 mg de flavonoïdes dans 200m de thé noir.

L’art de la fermentation

Les types de flavonoïdes que l’on trouve dans le thé dépendent du niveau d’oxydation des feuilles pendant la phase de fermentation. La plupart des flavonoïdes présents dans le thé vert et le thé blanc sont les catéchines (70%). Le thé vert subit une courte fermentation ce qui a pour conséquence que les catéchines gardent leur structure d’origine. A savoir que le thé blanc ne subit aucune fermentation, donc il est riche en catéchines également.

Les flavonoïdes présents dans le thé noir sont les théarubigines (70%) et les théaflavines suite à la polymérisation des catéchines. Ce thé subit un processus de fermentation de type long ce qui provoque un changement de la structure des catéchines contenus dans la feuille. Le Thé oolong est le résultat d’une oxydation intermédiaire entre le thé vert et le thé noir.

Composition :

Le thé vert: 70% de catéchines + 10% de flavonols et 20% de flavonoïdes polymérique.

Le thé noir: 70% de théarubigines, 12% de théaflavines, 10 de flavonols et 8% de catéchines.

La recherche avance

Des études in vitro, ( Hollman et al; Cao et al; Wang et al; Rice-Evan et al), ont permis de mesurer la capacité antioxydante du thé. Elles démontrent que la capacité antioxydante d’une tasse de thé noir ou vert est plus de trois fois plus élevée qu’une portion de légumes les plus courants, et plus de deux fois plus élevés que celle d’un fruit courant. Des études pratiquées sur l’être humain (Serafini; Langley-Evan; Sung et al) tendent à montrer l’existence d’une augmentation de la capacité antioxydante du plasma suite à la consommation de thé.

Toutefois, il n’est pas clair que cet effet soit directement et totalement dû à l’action unique des flavonoïdes du thé. In vivo, les flavonoïdes dont les catéchines sont absorbés en partie par l’intestin grêle. L’autre partie non absorbée atteint le côlon et y est intensivement dégradée par les bactéries du côlon.. Pour connaître encore mieux la pertinence des flavonoïdes du thé, il faudra encore de nombreuses recherches scientifiques.

Référence :

  • Conférence de presse de Lipton, Unilever du 23 novembre 2006.

(Par Catherine Dolhen, Diététicienne, " HEALTH & FOOD " numéro 80, Décembre 2006)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s