La différence de prix entre des produits alimentaires plus ou moins « bons pour la santé » ne cesse de s'accroître

lu 986 fois

La différence de prix entre des produits alimentaires plus ou moins « bons pour la santé » ne cesse de s'accroître

Des chercheurs de l'université de Cambridge se sont intéressés aux prix des produits alimentaires en Grande-Bretagne sur une dizaine d'années (2002-2012). L'équipe s'est, plus particulièrement, penchée sur la différence de prix entre des produits considérés d’une meilleure qualité nutritionnelle et ceux pour laquelle celle-ci est plus questionnable.

Cette typologie correspond au concept de profil nutritionnel des produits alimentaires utilisé pour les allégations santé et plus généralement pour informer les consommateurs (éviter de manger trop sucré, trop salé, trop gras). Les chercheurs se sont intéressés au coût pour apporter 1000 kcal avec des produits du premier et du second groupe.

En 2002 il faillait dépenser en moyenne £5,65 pour ceux du premier groupe et £1,77 pour ceux du second groupe. En 2012 ces coûts sont passés respectivement à £7,49 et à £2,50. Cela correspond à une augmentation de près de 30 % du différentiel qui est passé de £2,50 à £4,99 sur cette période. Cette évolution est similaire de celle observée dans d'autres pays "riches".

La conclusion des auteurs est malheureusement d'une regrettable banalité et malheureusement, aussi, d'une qualité très douteuse : "Si nous voulons améliorer les comportements alimentaires, nous devons mettre en place des politiques afin de maitriser le coût des produits les plus sains ; ce qui implique .... blabla blabla....". Je pense qui sera particulièrement difficile à chacun d'entre nous d'aboutir à 1000 kcal en consommant uniquement de la laitue. Effectuons le calcul - 11 kcal par 100 grammes. Pour cela, il vous faudra consommer plus de 9 kilogrammes de salade. Et payer, si mes calculs sont bons, 35 euros environ (selon les prix observés dans un magasin en région parisienne), soit £27 à £28. Pour obtenir le même apport calorique, on peut aussi envisager de consommer 246 grammes de sucre pour un prix de 0,22 € soit £0,17. À l'évidence personne ne souhaite consommer 9 kilogrammes de salade ou 246 grammes de sucre (vous pouvez aussi penser boire 113 grammes d'huile de tournesol).

Quelles sont les dépenses nécessaires pour bien manger tous les jours, c'est-à-dire avec une alimentation variée ? En 2007, Perrine Nadaud de l’ESSEC avait calculé que 5 euros étaient nécessaires pour nourrir quotidiennement un homme de 30 ans avec un besoin de 2700 kcal par jour. Ce chiffre était en accord avec ceux produits par d'autres organisations. Certes, on peut trouver cette valeur trop élevée. Cependant le plus grand challenge n'est uniquement d'abaisser cette valeur, mais d'accompagner pratiquement tous ceux qui souhaitent manger "équilibré et varié" au moindre coût. La difficulté consiste plus à mettre en oeuvre quotidiennement son intelligence pour y parvenir. Car ce n'est pas une mince affaire ! Ici aussi, l'éducation permet de faire des miracles. Autrefois, l'école de la République imposait des cours d'économie familiale. C'est peut-être le moment d'imaginer leur retour sous une forme moderne et attrayante, pour les jeunes gens comme pour les jeunes filles.»

(Par Olivier Fourcadet, Professeur de management stratégique à l'Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC), Co-titulaire de la Chaire Européenne Filière d'Excellence Alimentaire de l'ESSEC, qui dirige et co-rédige avec Fanny Bénard, consultante, diplômée de l'AgroParisTech et de l'ESSEC, le blog Nouvelles Perspectives en Agroalimentaire)

SOURCE : ESSEC

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s