La découverte d'un locus génétique lié aux maladies cardiovasculaires permet d'envisager de nouveaux traitements

lu 3745 fois

Une équipe internationale de chercheurs a découvert un locus génétique qui pourrait contribuer au développement de nouveaux médicaments contre les maladies cardiovasculaires. Ce locus est associé au cholestérol de lipoprotéine à faible densité (LDL pour low-density lipoprotein), dont le rôle causal apparaît dans le développement des maladies du système cardiovasculaire.

Des scientifiques britanniques, américains, suisses, australiens et canadiens ont analysé les données génétiques de 12000 participants dans le cadre de cinq études à l'échelle du génome. Ils ont ainsi détecté un lien entre le cholestérol LDL et une région chromosomique spécifique, un locus qui auparavant n'avait pas été mis en relation avec le métabolisme des lipides. Deux scientifiques ont reçu un soutien financier dans le cadre du projet DIABESITY de l'UE.

« Ces résultats fournissent potentiellement un aperçu des mécanismes biologiques qui sous-tendent la régulation du cholestérol LDL et peuvent contribuer à la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques pour les maladies cardiovasculaires », indiquent les scientifiques dans le dernier numéro du magazine autorisé The Lancet. Des études antérieures ont montré que la baisse des niveaux de cholestérol LDL dans le sang profitait aux patients.

Les résultats de la présente étude sont confirmés par d'autres. Or, dans un commentaire accompagnant le rapport, le Dr Ronald Krauss, de l'Hôpital pédiatrique de l'institut de recherche d'Oakland (États-Unis), signale que davantage de travaux doivent être effectués: « Outre l'identification de nouvelles cibles de traitement, la découverte de polymorphismes génétiques affectant le LDL et d'autres marqueurs de risque de maladies cardiovasculaires pourrait permettre de classer des phénotypes spécifiques pouvant requérir différents traitements et d'identifier les personnes à risque. »

« Ces polymorphismes comprennent probablement une proportion élevée de variantes régulatrices pouvant présenter un intérêt particulier d'un point de vue clinique en raison du potentiel de modulation à travers des mesures préventives ou thérapeutiques », ajoute le Dr Krauss. « D'une façon générale, afin de découvrir les effets génétiques ultérieurs sur le cholestérol LDL, des gènes candidats supplémentaires doivent être identifiés à partir d'études effectuées sur des voies biologiques ou des cas cliniques. De plus, des recherches à l'échelle du génome seront nécessaires sur des populations encore plus vastes et diverses, avec un génotypage ou un reséquençage plus complet et l'acquisition d'informations environnementales potentiellement pertinentes. »

Les maladies du système cardiaque et circulatoire représentent la cause principale de décès dans l'Union européenne, soit plus de 1,9 millions de victimes par an. D'après les statistiques du site web de la fondation britannique des maladies cardiovasculaires, 42% des décès de l'UE (dont 46% de femmes et 39% d'hommes) sont liés aux maladies cardiovasculaires, soit un pourcentage légèrement inférieur à celui de l'Europe dans son ensemble (49%). Entre un tiers et la moitié des décès liés à des maladies cardiovasculaires sont provoqués par des maladies coronariennes et environ un quart par des attaques.

Pour de plus amples informations, consulter : www.eurodiabesity.org

Source : Copyright © Communautés européennes, 2008

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s