La course à l'affichage nutritionnel

lu 3064 fois

Sur fond d'alerte à l'insécurité alimentaire et à l'obésité, les entreprises de l'agroalimentaire se lancent en force dans l'affichage nutritionnel. Présent sur le produit, il s'agit d'un tableau des repères nutritionnels journaliers différenciés selon le sexe et l'âge, souvent assorti du pourcentage que le produit représente dans les apports quotidiens recommandés en calories.

Les grands distributeurs, comme Casino, Leclerc ou Ed, ainsi que des chaînes de restauration rapides ou des marques de surgelés ont initié ce mouvement, à l’instar du curseur nutritionnel de Casino : doté de trois positions associées à des couleurs (« plaisir nutrition », « plaisir classique », « plaisir gourmand »), cet outil donne la situation du produit dans sa catégorie alimentaire.

Ces initiatives représentent pour les différents acteurs une façon de montrer leur bonne volonté en matière de santé publique, et peut-être aussi une manière d’éviter des représailles règlementaires.

Pour autant, cet emballement médiatique autour de la nutrition ne doit pas faire oublier que la première révolution à mettre en oeuvre est celle des produits : mieux vaut toujours un produit sain, sans trop de graisse ou de sel, qu’un indicateur nutritionnel, même très lisible. Dans cette optique, certains, comme Leclerc, proposent un véritable accompagnement nutritionnel du client.

(Les Echos, 21/02)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s