La coronille, un fruit atypique devenu glace

lu 3797 fois

Introduit par le Cirad à la Réunion, la coronille, fruit au goût atypique, intéresse depuis peu l'industrie agroalimentaire. La commercialisation récente, dans les supermarchés, de glaces à base de ce fruit permet d'envisager des débouchés intéressants pour les producteurs.

Espèce fruitière originaire du Costa Rica, la coronille (Psidium friedrichsthalianum Ndz.) est un fruit jaune, rond ou ovale, au goût original, sucré/acide, à mi-chemin entre sa « cousine », la goyave, et le fruit de la passion. Le Cirad a importé cet arbre fruitier à la Réunion en 1993, dans le cadre de la diversification agricole des Hauts humides. Pour un bon développement à la Réunion, l'arbre doit être cultivé à une altitude comprise entre 200 et 600 m. Il peut alors produire jusqu'à 140 kg de fruits et même doubler sa production à la suite d'un cyclone dévastateur. Le potentiel de production actuel est estimé à une quinzaine de tonnes par an.

A l'heure actuelle, la culture de la coronille à la Réunion ne concerne que deux producteurs, suivis par le Cirad et jusqu'alors, l'essentiel de la production était destinée à des artisans glaciers. Cependant, depuis un an, la coronille intéresse également l'industrie agroalimentaire. Ainsi, Glaces de Bourbon, une filiale du groupe Cilam (Compagnie laitière des Mascareignes) a lancé récemment une nouvelle crème glacée à la coronille disponible en grande surface. Le fruit comporte en effet des atouts intéressants : son goût particulier d'une part mais aussi, surtout, sa forte teneur en vitamine C, douze fois plus élevée que pour l'orange et trois fois plus que pour la goyave.

L'itinéraire technique, construit par le Cirad dans le cadre du projet « Diversification des Hauts humides de la Réunion », limite aujourd'hui les intrants et garantit une culture propre. Auparavant, il n'existait aucune référence technique sur ce fruit, ne faisant l'objet d'aucune production agricole dans le monde : dans sa zone d'origine, il était majoritairement cultivé en jardins et peu en vergers.

Si ce produit séduit le consommateur, on peut s'attendre à de nouveau débouchés et un développement intéressant pour la culture de la coronille dans les Hauts humides. En prévision d'une future demande en fruits, des plants de coronille sont d'ores et déjà stockés par le Cirad, afin de permettre la mise en place rapide de nouvelles parcelles. Celles-ci seraient destinées à la fois à l'acquisition de nouvelles références techniques et à l'approvisionnement de l'agro-industrie.

SOURCE : Communiqué de Presse du CIRAD

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s