La consommation d'eau protège contre la prise de poids

lu 3185 fois

Compte tenu des risques associés à la surconsommation de boissons sucrées, les experts se sont entendus pour recommander l'eau comme mode d'hydratation privilégié. Une récente étude scientifique dirigée par Frank HU (Faculté de médecine de l'Université Harvard) et membre de l'ICCR (Chaire internationale sur le risque cardiométabolique), menée sur plus de 120 000 personnes durant 20 ans, confirme l'effet protecteur de la consommation d'eau contre la prise de poids.

Première étude sur le long terme

L'International Journal of Obesity [1], a publié le 15 janvier 2013 un rapport scientifique mettant en évidence l'influence de la consommation de boissons sur la prise de poids. Les auteurs de ce rapport [2] sont partis du constat que l'« on en sait peu sur l'impact à long terme de la consommation d'eau sur le poids corporel ». Frank HU, membre du conseil scientifique de l'ICCR a alors piloté l'analyse la plus complète et détaillée sur le sujet. Basé pour la première fois sur une longue période (près de 20 ans) ce rapport constitue une avancée scientifique significative.

Plus de 120 000 sujets étudiés par intervalles de 4 ans

Le rapport se base sur l'analyse de trois cohortes, il s'agit de personnes vivant aux Etats-Unis ne souffrant pas de problèmes d'obésité ni de maladies chroniques :

  • 50 013 femmes âgées de 40-64 ans appartenant à la Nurses Health Study (NHS, 1986-2006),
  • 52 987 femmes âgées de 27-44 ans appartenant à la NHS II (1991-2007),
  • 21 988 hommes âgés de 40-64 ans appartenant à la Health Professionals Follow-up Study (1986-2006).

Les changements de poids relatifs à la consommation des boissons ont été étudiés sur des intervalles de 4 ans. Les résultats des trois cohortes ont tous abouti à la même conclusion.

Consommation d'eau et réduction de la prise de poids

Il a été révélé qu'un changement des habitudes dans la consommation des boissons influe sur la prise de poids (en tenant compte de l'âge, de l'indice de masse corporelle initial et des changements dans les habitudes de vie des sujets):

  • Prise de poids accrue en cas de consommation de boissons sucrées
  • Prise de poids réduite en cas de consommation d'eau

En effet, chaque verre d'eau supplémentaire par jour réduisait la prise de poids (-0,13 kg, en moyenne sur la période étudiée).

Il a aussi été estimé que si l'on remplace un verre de soda ou de jus de fruit par un verre d'eau, la prise de poids est réduite (avec une moyenne de -0,49kg et -0,35kg respectivement).

9131_1.jpg

Ce graphique (Source : « International Journal of Obesity », © 2013 Macmillan Publishers Limited) illustre les modifications de poids lorsque l'on remplace une ration quotidienne (un verre) de sodas ou de jus de fruit par d'autres boissons (l'eau, le café, le lait, le thé et les boissons diététiques) sur plusieurs intervalles de 4 ans. On constate que la prise de poids est réduite lorsque l'on substitue les boissons sucrées.

Ces conclusions cautionnent les préconisations de l'ICCR

Cette première étude sur le long terme confirme ainsi les recommandations actuelles visant à limiter la consommation de boissons sucrées au bénéfice de celle de l'eau pour prévenir l'obésité.

Le Professeur Walter C. Willet, directeur du département nutrition de la Faculté de médecine de l'Université Harvard, revient sur ce point dans un éditorial du British Medical Journal, le 15 janvier 2013: « Réduire la quantité de sucre consommée dans les boissons mérite une attention particulière en raison de la forces des preuves et de la facilité avec laquelle le sucre est consommé en excès sous cette forme. »

Ce récent rapport rejoint également le discours du Professeur Jean-Pierre Després, Directeur scientifique de l'ICCR :

« Une bonne hydratation est un élément essentiel d'une saine alimentation. Ainsi, remplacer les boissons sucrées consommées en excès par de l'eau, s'avère une recommandation nutritionnelle simple, afin d'améliorer son mode de vie et sa santé. »

[1] Source : « International Journal of Obesity », 15 Janvier 2013; doi:10.1038/ijo.2012.225

[2] Auteurs : A Pan, VS Malik, T Hao, WC Willett, D Mozaffarian et Frank Hu

Source : Chaire Internationale sur le Risque Cardiométabolique (ICCR)

SOURCE : Chaire Internationale sur le Risque Cardiométabolique

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s