La consommation alimentaire est atteinte par la crise

lu 4184 fois

Malheureusement la part de l’alimentation dans le budget des ménages diminue, ce qui ne favorisera vraisemblablement pas un meilleur équilibre alimentaire pour l'ensemble des populations concernées... Une tendance qui s’accentue avec la crise et s’accompagne d’une modification du type de produits achetés. Et peut-être d’un changement de comportements alimentaires.

« La consommation alimentaire est atteinte par la crise » - Crédit photo : www.web-libre.org Avant même la crise financière, deux tiers des Français estimaient que leur pouvoir d’achat alimentaire était en baisse. Près d’un ménage sur deux affirmait avoir changé ses habitudes alimentaires. Depuis de nombreuses années, que ce soit à domicile ou à l’extérieur, les dépenses alimentaires ont diminué. Au profit d’autres postes comme l’électronique ou l’informatique, mais aussi du fait de l’augmentation des dépenses obligatoires : santé, eau, gaz, électricité, téléphonie, assurances, transports... Un pouvoir d’achat diminué conduit à faire des choix sur la part que l’on accorde à l’alimentation et sur les produits que l’on choisit.

La crise de l’automne 2008 a renforcé cette tendance. En magasin, on observe une baisse des ventes de boissons sucrées, de produits allégés, d’eau en bouteille, de plats cuisinés, d’alicaments... La diminution est d’au moins 2 % sur un an pour les groupes fruits et légumes/poissons, les produits laitiers et pour les surgelés. Seuls progressent les produits « économiques » : conserves de poissons ou de légumes, abats, viande de poulet et de dinde...

Le poids de l’alimentation dans le budget est d’autant plus important que le ménage est pauvre. Les ménages les plus modestes sont évidemment les plus affectés par les hausses de prix. Les experts redoutent l’augmentation des inégalités alimentaires avec, entre autres conséquences, de mauvais choix de produits (gras sucrés et gras salés) et l’augmentation de l’obésité. D’après Ipsos, 8 Français sur 10 trouvent qu’il est devenu plus difficile de se nourrir de façon saine et équilibrée, la crise pourrait nous faire retourner à la cuisine, pour y préparer des plats peu coûteux avec des produits simples ! Un effet bénéfique, aussi pour la santé. (Nutrinews hebdo)

(La consommation alimentaire à l’épreuve de la crise. Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Prospective et évaluation. Analyse n° 10. - Pouvoir d’achat, crise économique et hausse des prix : incidence sur les comportements alimentaires. P. Hébel, Crédoc 2009)

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s